19 juin 2018

Pratique de l'oeuf de yoni : vendredi 29 juin

Bien le bon.jour, belles et puissantes f'âmes 😃 

Ce sera avec joie de vous recevoir et vous accompagner à l'occasion de cette journée, toute proche: vendredi prochain !

Merci de viiite confirmer votre participation, avec une réservation de 30€ (chèque, Paypal à oplaisirsnelly@gmail.com ou virement) et adresse mail (et ville pour organiser le covoiturage).

Je suis en route pour l'Alsace où je vais chercher les oeufs de yoni commandés au Brésil 😀
C'est avec plaisir que j'envoie par mail  un doc à ce sujet à celles qui me le demandent en m'indiquant leur adresse-mail.

Vendredi 29 juin, de 10h à 18h, à Martres-Tolosane (31), dans un joli lieu adapté, à la campagne. 70€.

A chacune selon son rythme, son processus ... qu'il s'agira de sentir, dans la détente, l'accueil (de soi, de l'autre, des émotions, de ce qui est présent...), la sensibilité, l'observation ...
Sentir sa justesse du moment, se positionner en soi et par rapport au monde ... 

L'oeuf comme partenaire d'alliance Féminin-Masculin, d'ancrage, d'alignement, de connexion, de soin pour soi et notre lignée de f'âmes ...

En toute sororité 😍 

Nelly au 06.51.02.08.16

15 juin 2018

20-24 juillet : un autogéré dans l'Hérault !

 
Chers Tantrikas,
Nous vous transmettons cette proposition à l'initiative de Selva et Richard :

AUTOGÉRÉ TANTRA VACANCES 
Du vendredi 20 juillet à 18h au mardi 24 juillet à 18h
Domaine de Nabes à Mourèze dans l'Hérault (40 min de Montpellier)

Tantrika confirmé de différents autogérés, différentes régions et courants tantriques, nous t'invitons à vivre quatre jours hors du temps dans un lieu sauvage et puissant, pour danser ensemble Nos Tantras. Partager des pratiques, une organisation matérielle souple, dans un esprit Vacance, avec cœur, bienveillance et folle sagesse... Nous jouerons avec souplesse entre des temps de pratique et de détente, piscine, nature....

Toutes les infos et formulaire d'inscription sur notre site :  AUTOGÉRÉ TANTRA VACANCES : Site Autogéré Tantra Vacances
--
Richard DHONDT
tel.:06 21 22 47 18

6 juin 2018

Destin et karma

Depuis petite, j'ai besoin d'avoir/de voir/de percevoir/ de trouver... un sens (une raison et une direction) à ma vie.
Pour quoi vivre ? (Dans quel.s but.s ?)
Pourquoi la vie ? (Pour quelle.s raison.s ? À quoi ça sert ?)
Dans un premier temps, je croyais avoir besoin de comprendre intellectuellement, avant même de me poser la question « Comment vivre ? »
Je pense que j'ai dû vivre une longue période dépressive passée inaperçue... et j'en suis sortie un peu plus vivante et enthousiaste à l'idée de traverser la vie... ou de me laisser traverser par elle.
C'est la curiosité qui m'a sauvée : il fallait bien que tout ça ait un sens, et je ne pouvais le découvrir que si je vivais et traversais les étapes nécessaires.
Et puis j'étais curieuse de sentir mon corps de 10 ans, 12 ans, de 14 ans, d'adulte... et de sentir/vivre ce que vivent les jeunes filles.

Je me suis donc trouvé des embryons de réponses à mes pour.quoi, en laissant ça en suspens, sachant que certainement il n'existait pas une seule réponse, de toutes façons, et que ce n'était peut-être pas le plus important.
Le plus important, c'était de me trouver un centre d'intérêt, un but, pour avoir une motivation, une direction, un but, un axe, un élan !
Alors j'ai cherché ce que je voulais et ce que je ne voulais pas.
Et au fur et à mesure que je grandissais puis mûrissais, je me suis reposée ces questions, et la vie s'est montrée prodigue, m'offrant ce dont j'avais besoin pour réaliser ces projets (quoique me laissant tout le boulot à faire).
Je n'ai aucune volonté ; je suis incapable de m'imposer une discipline, mais la motivation me donne des ailes. Faire des efforts pour obtenir ce qui m'anime me semble évident... et j'ai très peu joué aux jeux d'argent, car je ne vois pas l'intérêt d'avoir ce que l'on ne mérite pas.
Le chemin me semblait aussi important que le but. Et puis une fois un but atteint, il y en a un autre, alors inutile de s'épuiser à se dépêcher.

Et sachant cela, il est 5h30 du matin et je suis en train d'écrire depuis 1h30 du matin...
(Alors que ma vie me plaît, que je n'ai rien de fondamental sur le feu, et que j'ai un Amour dans mon lit).

Alors ma question maintenant : quelle est la place du destin et du karma individuel dans la vie humaine ?

D'après ce que j'ai compris :
- Le destin, pour une vie.
- Le karma, pour plusieurs vies.
- Ce sont des forces qui influencent grandement ce que nous vivons, en fonction d'un devoir ou de devoirs à accomplir.
- Le destin,
- Les lois du karma sont peu accessibles aux humains, quoique compréhensibles à un certain (petit) niveau.
- On n'y coupe pas, mais cela ne nuit pas à notre responsabilité : même si nous ne sommes pas vraiment libres, nous avons quand même une part de libre arbitre et de ce que nous en faisons, nous sommes complètement responsables.
- Tout a une empreinte aux niveaux du destin et du karma : les actes, les non-actes, les pensées, les paroles, les intentions, les sentiments, les émotions...
- Deux façons de compenser le karma (la somme des lourdeurs accumulées au long de nos vies passées) : la souffrance et l'effort.

Si l'on ne croit pas à la réincarnation (ce peut être juste une hypothèse de travail ou considéré comme une façon d'envisager le cycle de la vie), on peut voir les vies passées présentées par la vision du karma, comme les empreintes dans nos gènes, de nos ancêtres. Et là c'est scientifique, donc plus dans la vision que j'ai du Tantra : inutile d'adhérer à une croyance quelconque.

Bon ben voilà ! C'est peut-être pour ça alors que je me démène à travailler à des heures indues : destin et karma... et probablement pas besoin de beaucoup de sommeil cette nuit.
Serais-je destinée à écrire davantage ? En tous cas, depuis quelques temps, ça sort tout seul et pas moyen de rester au lit tranquillement.
Serait-ce une chouette façon de compenser mon karma ? Sauf que du coup, je continue de m'en fabriquer en ayant des scrupules à laisser mon chéri seul au lit, en étant moins disponible pour ma famille, en outrepassant les besoins de mes yeux, etc. Et c'est ok !

Je suis bonne pour revenir encore pendant quelques vies alors ! (si l'on s'en tient à l'idée de la roue du samsara)
Ou peut-être continuerai-je de vivre encore longtemps au travers de mes enfants, petits-enfants... et de toutes les personnes qui me liront, auront été touchées par moi ou par une personne que j'aurai touchée...
Une phrase peut changer une vie... et par répercutions des centaines et des milliers de vies (car chacun.e fait partie de plusieurs systèmes et un élément du système est en relation avec tous les autres éléments de son système). Un sourire aussi. Une pensée aussi. Une attitude ou un acte aussi.

Prenons soin de tout ce que nous émettons au monde.
C'est la seule façon que nous ayons de rayonner, de notre mieux, les valeurs de l'Être : la beauté (structure), la bonté (amour, compassion), la vérité (sagesse).

Le sentiment d'être abusé.e

Ce que je constate à ce sujet (la peur d'être abusé.e), c'est qu'elle existe autant chez les hommes que chez les femmes.
Car oui on entend davantage parler des abus/maltraitances/viols faits sur les femmes, vécus par des femmes, mais les hommes sont loin d'être épargnés par le sentiment (émotion engrammée) d'être ou d'avoir été abusé.
En effet, dès petits, le sentiment d'abus peut se mettre en place, par le gavage ou l'envahissement parental, par la non-compréhension de ses besoins et désirs et de leur importance relative, par les couchers/réveils en-dehors du rythme naturel, par le chantage affectif, par le non-respect de ses non et de ses peurs, par les moqueries, par le non-respect de sa sensibilité et de ses émotions, etc.

(Parents : inutile de larmoyer que vous avez donc abusé de votre enfant et créé en lui ce sentiment. On peut poser l'hypothèse qu'il.elle était venu travailler cette blessure. Sinon, il.elle aurait aussi bien pu traduire ces comportements différemment et manifester plutôt un sentiment de trahison ou de rejet ou d'injustice ou d'humiliation ou de culpabilité...
Et tous ces comportements parentaux ont -dans une certaine mesure- leur place dans l'éducation d'un enfant.)

Et ce sentiment d'abus peut être réactivé dans de très nombreuses relations, jusqu'à la prise de conscience de notre part de responsabilité dans ce jeu, ainsi que de notre puissance.
Nous sommes créateurs.trices des situations que nous vivons, par nos pensées, nos paroles, nos actes inconscients... et nous sommes les premiers à nous abuser nous-mêmes (déjà en nous faisant vivre la souffrance de croire que nous subissons et aussi en demandant tellement pour être heureux.se).

Le sentiment d'abus, c'est au-delà du sexe.
Si bien que c'est ensemble, hommes et femmes, que nous nous soignons de ces peurs et croyances, par la Relation vraie à l'autre, les pratiques sans intention sur l'autre, le touhcer en conscience, la présence attentive et attentionnée, l'écoute active, les rituels...

De la résilience individuelle émane une force magnétique apte à changer le monde !
Beau chemin, à chaque instant !

C'est simple. Et facile ?

La simplicité est une valeur que j'apprécie particulièrement.
Inutile d'aller couper les cheveux en quatre : si je ne suis pas comprise, je peux tenter de prendre un autre point de vue et d'expliquer depuis un autre endroit... mais si le récepteur n'est pas sur une longueur d'onde compatible, inutile de prolonger l'effort : une prochaine fois, peut-être... et c'était une expérience intéressante. Gratitude.
De la même façon, si je ne comprends pas quelque chose, c'est que je ne suis pas prête à intégrer ce point de vue ou qu'il m'est exposé d'une manière inadaptée au moi de maintenant.

Simple. Facile pour autant ?

Je me méfie des théories alambiquées qui bien souvent cachent des croyances fondées sur des éléments parcellaires de réalité vue au travers du prisme d'une psyché... costaude et encombrée.
Ce qui est compliqué n'émane pas de l'Être, de l'Un, du Divin, du Sacré, du Grand Esprit, de l'Âme du Monde, de la Déesse, de la Vie... mais du monde de la dualité, de l'ego, du mental (comme tout ce qui est douloureux, d'ailleurs, et les excès aussi).
Tout cela peut sembler complexe... mais c'est justement parce que nous le regardons au travers de l'ego, parce que c'est notre façon habituelle d'être au monde, et notre façon coutumière d'interagir.

Le Tantra permet de changer de point de vue, de s'élever au-dessus du maelstrom ambiant tout en vivant vraiment, intensément, sa vie d'être incarné, ici et maintenant.

Quant à la facilité, c'est tout autre chose que la simplicité !
Vu d'un peu plus haut, tout est simple, mais pas toujours facile pour autant.

Beau chemin entre l'ombre et la lumière, chaque jour !
Namasté

Tantra : ascétisme ou hédonisme ?

Si l'ascète croit que le plaisir est subversif, et que d'hédoniste croit que la plaisir est le but de la/sa vie, alors probablement le Tantra est d'une autre nature : où le plaisir est inclut sur le chemin de développement personnel et spirituel, comme indice de ce qui est adapté à soi, à ce moment.
En matière de Tantra, le plaisir n'est pas une quête en soi, d'autant qu'il est une traduction individuelle, loin d'un absolu valable pour tou.te.s.
Tous les humains ont les mêmes besoins de base (quoiqu'ils ne soient pas tou.te.s fait.e.s pour vivre la même vie) ; pourtant tous ne trouvent pas leur plaisir, ou en sont néanmoins insatisfaits (trop court, pas assez souvent, pas comme c'était prévu, pas comme ce devrait être...)

Le plaisir passe par les qualités de sensibilité et une attitude intérieure. Et ces deux éléments se travaillent.
En effet, si je reçois le même toucher avec une qualité de présence et/ou une intention différente, mes sensations et donc mon plaisir en sont affectés (et puisque je me connais, je peux demander un réajustement ou l'arrêt du contact). Egalement, mon plaisir varie en fonction de mon positionnement intérieur (accueil, réceptivité, autorisation, disponibilité) : je peux décider d'être vraiment présente à ce toucher, d'en sentir le plus possible les répercutions partout dans mon corps-coeur-esprit...

Car le premier organe du plaisir, c'est le cerveau !
Et c'est donc bien souvent à ce niveau qu'il s'agit d'aller nettoyer en cas d'anorgasmie (incapacité au plaisir). Mais pas uniquement : en fonction des individus, les racines du manque de plaisir peuvent aussi se trouver au niveau systémique (intrication à découvrir en constellation familiale et à résoudre par un rituel).
Probablement aussi existe-t-il des cas d'anorgasmie où le destin et le karma individuel sont en cause.
Car les êtres humains ne sont pas libres : en arrivant sur Terre, ils sont chargés du passé/passif de nombreuses de générations... en plus ils mettent en place depuis leur petite enfance des stratégies pour essayer de se faire aimer, quelque soit ce qui leur est donné...
C'est compliqué, d'être humain ! Et cela peut devenir plus simple en prenant du recul !

Le Tantra est une voie du milieu.
Et qui se réfère aussi au Bouddha, qui a d'abord eu une vie tournée vers les plaisirs puis une vie d'ascète, pour choisir consciemment un équilibre entre les extrêmes, dans la compassion.
(D'ailleurs j'ai longtemps eu du mal avec ce mot « compassion » à cause de ses racines latines « souffrir avec » ; c'est maintenant que je comprends qu'il s'agit d'une dimension spirituelle et holistique de l'Humanité/de la Vie dans son entièreté, et non des affres psychiques de la culpabilité ou de la colère...)

A chacun.e son chemin (le Tantra est une voie multiple) ; à chacun.e ses plaisirs du moment !
Namasté 🙏

Nelly sur des festivals du Sud-Ouest en juin

Ravie d'avoir été invitée à animer sur ces festivals 😀
- Dans le Tarn, du 16 au soir au 17 juin :
http://joiaviva.com/dame-nature-journee-du-feminin-2018/

- Dans le Gers, du 21 au 24 juin :

https://larreydutemps.com/festival-yoga-gers-2018/


Au plaisir de vous y retrouver ou vous y rencontrer !   

4 juin 2018

L'intelligence...


Merci à Claude de m'avoir indiqué que c'est Charles Gave qui s'exprime ici. Un extrait de l'émission TVL Politique et Eco n°155, intitulée "Charles Gave. Qu'est-ce que le libéralisme?"

Petit résumé de cet extrait, donc deux erreurs fondamentales au sujet de l'intelligence en France :
- croire que ce sont les personnes qui ont fait les plus longues et prestigieuses études sont les plus intelligentes,
- donner les rênes du pouvoir à ces personnes, qui n'ont aucune solution concrète en fait.

D'autres formes intelligences sont aussi à valoriser : l'intelligence émotionnelle, l'intuition, la capacité à solutionner, la faculté de savoir changer de point de vue et d'englober les petites vérités dans la réalité, l'amour inconditionnel (probablement la plus grande forme d'intelligence, et qui ne nuit ni à l'action ni à l'amélioration), la capacité à apprendre de tout, le possible d'ouvrir consciemment ses cellules au présent renouvelé, savoir traverser ses peurs, savoir dénouer ses propres blocages, soutenir d'autres humains sur leur chemin, recevoir les enseignement de la Nature, honorer la Vie sous toutes ses formes, accueillir l'être, accepter ce qui est, se soumettre à plus grand que soi, être en partenariat avec son ego, savoir amadouer d'autres egos, l'attitude maternelle juste, l'attitude paternelle juste, l'inclusion à l'inverse de la négation ou de la répulsion, le talent artistique, les savoir-faire des concepteurs et des bâtisseurs, la production de denrées de bonne qualité pour l'humain (respectueuses de la Nature, dont chacun.e fait partie), la prise en considération de différents aspects, le non-jugement, la parole juste, l'attitude bienveillante envers tou.te.s, l'écoute de ce pour quoi je suis fait.e à ce moment de ma vie, savoir faire des choix conscients et les assumer, prendre sa part de responsabilité en toute chose, le travail sur la pensée créatrice, le savoir communiquer vrai, l'apaisement émotionnel, la fabrication sous l'impulsion du moment, la créativité, l'oser se montrer en vérité, l'oser demander, l'esprit d'équipe, la co-création, le sens de l'équité (équilibre donner-recevoir), les perceptions extra-sensorielles (nous vivons aussi dans un monde subtil, pas uniquement matériel), le savoir jouer en s'observant dans son propre jeu et ses réactions, agir depuis ses centres alignés (pour, en faveur, et non en réaction automatique), le nettoyage de la psyché de l'homme et de la femme vers plus de communion et de liberté, s'ancrer dans le monde et en sentir les interactions, se connecter à son intériorité (émanation du Grand Esprit, du Sacré...) et en être le serviteur, soutenir l'autre à prendre contact avec sa propre intériorité, voir le Sacré dans tout ce qui vit (et meurt), accompagner dans les phases délicates, savoir demander de l'aide sans attendre de l'autre qu'il résolve à sa place, re.trouver sa posture juste et équilibrée, l'intelligence du corps, l'intelligence de chaque organe, l'intelligence cellulaire, la respiration, l'enthousiasme, savoir prendre plaisir, savoir donner sans attendre de retour, sentir nos liens et attachements, se libérer et soutenir l'autre à se libérer si tel est son désir, l'esprit d'apprentissage et de synthèse, prendre conscience de nos besoins, faire des propositions adaptées, s'organiser, prendre en considération les différences de l'autre, savoir se dire, adapter son langage en fonction de l'auditoire, être fier et humble, prendre sa juste place, etc.
Alors en effet, l'intelligence de faire de "grandes études", c'est une toute petite partie de ce dont a besoin le monde 😉 et elle a sa valeur aussi. 
Pour moi, l'intérêt de la vie est principalement de vivre la Relation et d'en comprendre/apprendre. ET pouvoir intégrer des savoirs, c'est davantage par ses propres expériences : toutes les vérités sont vérifiables, ou bien ce sont des croyances, des dogmes, des murs... 
La limite des expériences en tant que facteurs d'apprentissage, c'est lorsqu'elles sont vécues comme des traumas et que du coup le morceau de vérité est très parcellaire. Il s'agit alors de se faire aider pour libérer son inconscient de cette barrière à l'intelligence... et d'apprendre à se protéger à tous les niveaux, tout en restant ouvert.e à la vie et à ses cadeaux.
Etudier, c'est chaque jour et il n'y a pas de fin : toujours un nouvel aspect à sentir, savourer...
Heureusement, un type d'intelligence n'exclut pas les autres : oui oui il y a des médecins, vétérinaires, avocats, étudiants en commerce ou autre... sensibles au monde, qui continuent d'apprendre des relations et des situations, qui évoluent tout au long de leur vie, qui partagent, qui (se) posent des questions sur leurs pratiques et le sens de leur vie, qui savent respecter et aimer...
Namasté 🙏

31 mai 2018

Avoir ses règles/lunes/menstrues en stage Tantra : c'est gênant ?

Pendant cette période du cycle menstruel, les f'âmes sont dans une phase particulière de travail énergétique. L'état général et le caractère peuvent en être affectés (parfois douleurs, fatigue, repli sur soi, morosité...) et c'est ok ! 
Un principe fondamental du Tantra : chacun.e est accueilli.e là où il/elle en est, sans jugement de valeur ni critique.

L'écoulement menstruel marque la fin du cycle féminin ; c'est l'occasion de nettoyages profonds et de re.mises à jour pour la suite de sa vie.
Nos stages sont doux dans l'esprit et dans les pratiques, ce qui est encore plus nécessaire pendant cette période... et cela ne nuit nullement à la profondeur et à l'élan de vie renouvelé !
Côté organisation, c'est comme à la maison : pas d'inconvénient à avoir tes lunes en stage, et d'utiliser les protections hygiéniques qui te conviennent (cup, serviette, tampon, éponge) ou la continence des lunes (chacune a la capacité naturelle de sentir l'écoulement arriver, de le retenir un moment et libérer le flux aux toilettes). Il est toujours possible de s'éclipser quelques minutes, le temps de passer aux toilettes, tout à côté, ou aux toilettes sèches dans le jardin.
Et en ce qui concerne les pratiques elles-mêmes, il n'y a jamais rien d'imposé par l'animation : au contraire, notre rôle est aussi d'autoriser les êtres à reprendre le pouvoir sur « eux-m'aime » et donc à ne faire et ne laisser faire que ce qui est bon pour soi, que ce qui résonne « oui, c'est ok pour moi ».

Dans certaines stages, lorsque le groupe s'y prête, la nudité peut être proposée (ritualisée ou pour un massage), toujours en insistant que ce n'est pas un but en soi : l'intérêt est d'être conscient.e et de tomber juste les vêtements pour lesquels c'est vraiment ok, sans se mettre de pression. De même, il set toujours possible de demander à son/sa/ses partenaire.s de garder un sous-vêtement pour la pratique. L'important est que chacun.e trouve sa place, son confort suffisant pour laisser circuler et vivre ce qui est là, dans la détente et l'ouverture corps-coeur-esprit.
Donc, tout simplement, il s'agit, si tel est ton désir, de garder les vêtements ou sous-vêtements qui te conviennent pour entrer dans les pratiques (qui ne sont que rarement proposées dans la nudité d'ailleurs, sauf pour les massages tantriques)... et cela est fluide avec le/la/les partenaire.s : lorsqu'une personne s'autorise à aller dans le bon sens pour elle, c'est toujours un cadeau pour tou.te.s, car en fait personne ne souhaite blesser/ennuyer l'autre.

Oui oui : l'homme et la femme sont gentils par nature !
Et la nature des femmes en âge de procréer est d'avoir régulièrement leurs lunes... et de continuer à vivre leur vie pendant ce laps de temps, avec plus d'introspection, d'intuitivité, de lenteur, de repos... et de laisser sortir, de rendre au grand recyclage de la Terre-mère, ce qui n'a plus lieu d'être.
Et si tel n'est pas le cas, pour les f'âmes (âmes incarnées dans un corps humain avec un sexe féminin) qui n'ont pas leurs lunes (pour des raisons diverses et variées, naturelles ou provoquées), un cycle existe néanmoins en elles... et il est aussi à honorer.

Entre parenthèses :
Etonnamment, beaucoup d'hommes semblent avoir un sens particulier (ou une alliance de sens) pour savoir/sentir ce qui se passe dans les femmes au niveau hormonal. Par exemple, mon mari sait quand c'est tout proche, avant que je m'en rende compte moi-même. Pourtant j'ai le sentiment d'être d'humeur plutôt égale.

Les témoignages de f'âmes lunées pendant les stages sont encourageants à ce sujet : délicatesse, respect de son rythme, accueil d'elles-mêmes et des autres et par les autres, regain d'énergie, changements positifs par la suite, etc.

Et il n'y a pas de norme valable pour toutes en ce qui concerne les lunes.
Pour ma part, en tant que participante à un stage Tantra, il me semble que je n'ai jamais eu mes lunes en cours de stage, même si c'était le moment théorique... et par contre je suis presque toujours repartie avec (souvent déclenchées naturellement tout à la fin). Oui nous avons un pouvoir, souvent inconscient, sur notre cycle. Et ce que nous vivons est juste pour chacune, sans que ce soit identique de l'une à l'autre...

En conclusion : aucun inconvénient à venir en stage Tantra (et même en stage « massages tantriques ») avec ses lunes : à chacun.e de s'adapter à ce qui est présent...

Avec sororité 💗
Nelly

Du Bambou Do à Martres-Tolosane !



Stage « Yin Yang »
Samedi 30 juin et dimanche 1er juillet, à Martres-Tolosane

Nous connaissons tous le fameux symbole du Yin et du YangIn et Yo en Japonais.
Mais comment intégrer cette complémentarité des opposés de manière cohérente 
dans nos vies ? comment  incarner ce principe d'unité pour son propre compte ? comment passer de la gestion des contradictions, à la révélation des contraires harmonieux ?
Marc Cuevas, fondateur du Bambou Do, s'attache à démontrer que cette compréhension dans le seul concept, n'est pas suffisante et qu'il s'agit avant tout d'incarner le principe.
Pour ce faire il utilise :  le savoir sentir, Son- Zon en japonais, qui nous touchera sur les plans intellectuel, physique, émotionnel et vibratoire.
De samedi 10h à dimanche 17h.
Tarif pour les adhérents de Bdo France : 180€ par personne / 340€ couple ou binôme (hébergement compris)
Tarif pour les non-adhérents de Bdo France : 200€ par personne / 360€ couple ou binôme (hébergement compris)

Hébergement en dortoir ou camping compris.
Possibilité de chambre en solo ou en couple (compter 20€ la nuitée).

Il est possible de dormir ici la veille et/ou le dimanche soir (15€ par nuit de plus), merci de prévenir si c'est le cas (et d'arriver le vendredi entre 18h et 21h, en prévoyant votre repas).

Infos sur l'animateur et sur le Bambou Do : Bambou Do France

27 mai 2018

F'âme en stage Tantra mixte : pour quoi ? comment ?


Une f'âme, c'est une âme incarnée dans une corps humain muni d'un sexe féminin.
On peut être une f'âme sans se sentir femme pour autant... et c'est ok !

En ce qui concerne les stages mixtes, les f'âmes témoignent en retirer des bienfaits sur leur image d'elles-mêmes, sur l'image qu'elles avaient des autres femmes (la sororité se diffuse), des hommes (reconnus comme des frères et des partenaires), de la relation de couple.
Des schémas de pensées sont identifiés et modifiés par les expériences vécues pendant cet espace-temps particulier.
Egalement, le corps est reconnecté dans sa globalité, plus sensible, plus souple, délié, moins tendu et souvent moins douloureux si douleur il y avait.

Il s'agit de pratiques encadrées, dans une sécurité qui autorise la confiance en soi, en l'autre, dans les autres, dans cette tranche de vie. La douceur et la profondeur font bon ménage. L'authenticité et la délicatesse aussi.
Et les effets de ce qui est reçu lors des stages se prolongent au-delà de cet espace-temps ! Car c'est en soi que les changements se placent et ça rayonne, si l'on fait l'effort de rester dans une démarche de déploiement personnel voire spirituel. Notre attitude au monde, notre posture face à ce qui est... sont sensiblement modifiées, et c'est bon d'avancer vers une meilleure intégration des cadeaux de la Vie... et elle nous le rend bien.

En tant que f'âme, depuis ma rencontre avec le Tantra, je me sens porteuse de l'énergie des Déesses, et je suis honorée en tant que telle. Et c'est aussi parce que mon attitude intérieure a évolué, s'est placée dans un espace de bienveillance et de justesse... que tout, autour de moi, a évolué aussi.
Avant de m'engager sur la voie du Tantra, j'avais 3 enfants et j'étais depuis 5 ans avec mon second compagnon... et je ne me sentais pas vraiment Femme... Depuis mon premier stage Tantra, je suis née à ma Féminité, en incluant de façon plus adaptée mon Masculin.
Aujourd'hui, je vis la magie au quotidien !
Et c'est accessible à tou.te.s ceux.celles qui le désirent et en font la démarche.
Il s'agit d'aller vers plus de conscience, par un accompagnement à plus de présence (pré-science?), d'intégration de ce qui est (la vie est faite de cadeaux), de sensibilité (la vulnérabilité est nécessaire à être Soi), d'ouverture du cœur (reliance), de circulation/fluidité à l'intérieur et à l'extérieur...
Sentir, respirer... pour savoir ce qui est bon pour soi, à ce moment... et le poser avec simplicité et constance.
Le Tantra, c'est un engagement au respect de soi, de l'autre et de tout l'espace entre et autour... dans la légèreté et la profondeur, la justesse et la flexibilité, le détachement et la persévérance...
Et il y a bien des nettoyages à opérer dans la psyché féminine, des encombrements mis en place, parfois volontairement parfois insidieusement, depuis moult générations et qui continuent de perturber... Les pratiques en conscience aident à les résoudre, pour plus de Liberté.
Et l'Amour véritable se déploie lors de la rencontre de deux êtres libres.

(Avant cela, c'est souvent de l'amour névrotique, de l'attachement à des images et des croyances, des essais de rallier l'autre à ses schémas de pensées et désirs compensatoires, de l'entretien des blessures et des peurs... et toutes ces expériences ont leur valeur aussi !
Le Tantra est une voie de non-jugement ; il permet de juste constater ce qui est et de faire des choix plus conscients, vers l'Humain : ancré, aligné, connecté, acceptant et relié à tout son entourage... dont il est aussi créateur.)

Avec sororité 💖
Namasté 🙏

24 mai 2018

Qu'est-ce qu'un stage Tantra mixte apporte aux femmes ?

Les personnes de sexe féminin (il n'est pas nécessaire de se sentir femme pour être concernée par le Tantra) peuvent accéder à différents types de stages :
- pour femmes uniquement
- mixtes (hommes, femmes, couples)
- pour couples (si elles ont un partenaire qui souhaite venir aussi en stage)

Chacun de ces modèles amène des cadeaux différents, à titre personnel (de soi à soi) et dans les apports au niveau relationnel (soi avec l'autre femme, l'autre homme, les humains, les événements, les éléments...)

En ce qui concerne les stages mixtes, les femmes témoignent en retirer des bienfaits sur leur image d'elles-mêmes, sur l'image qu'elles avaient des autres femmes (la sororité se diffuse), des hommes (reconnus comme des frères et des partenaires), de la relation de couple.
Des schémas de pensées sont identifiés et modifiés par l'expérience.
Egalement, le corps est reconnecté dans sa globalité, plus sensible, plus souple, délié, moins tendu et souvent moins douloureux si douleur il y avait.

Il s'agit de pratiques encadrées, dans une sécurité qui autorise la confiance en soi, en l'autre, dans les autres, dans cette tranche de vie. La douceur et la profondeur font bon ménage. L'authenticité et la délicatesse aussi.

Et les effets de ce qui est reçu lors des stages se prolonge au-delà de cet espace-temps ! Car c'est en soi que les changements se placent et ça rayonne, si l'on fait l'effort de rester dans une démarche de déploiement personnel voire spirituel. Notre attitude au monde, notre posture face à ce qui est... sont sensiblement modifiées, et c'est bon d'avancer vers une meilleure intégration des cadeaux de la Vie... et elle nous le rend bien.

En tant que f'âme (âme incarnée dans un corps d'humain de sexe féminin), depuis ma rencontre avec le Tantra, je me sens porteuse de l'énergie des Déesses, et je suis honorée en tant que telle. Parce que mon attitude intérieure a évolué, s'est placée dans un espace de bienveillance et de justesse... tout autour de moi a évolué aussi. La magie au quotidien !

Avec sororité 💖

22 mai 2018

L'attachement

L'attachement est la cause de la souffrance.
Dans des périodes de ma vie, j'ai été attachée à la souffrance, parce que j'avais l'impression de vivre intensément à ces moments, puis parce que c'était du connu, puis parce que je croyais que ça faisait partie de moi ou parce que je croyais qu'en souffrant j'étais quelqu'un de bien ou que ça me rendait intéressante...
Oh oui : les raisons de s'attacher à la souffrance sont multiples.
Et puis, à un moment, j'ai eu en-vie d'autre chose... et j'ai trouvé que c'était peut-être le bonheur qui m'attirait maintenant.
Alors je me suis renseignée sur le bonheur, j'ai observé autour de moi, j'ai sélectionné des remèdes et des techniques pour être heureuse.

Peut-être que ma plus grande qualité est aussi un grand défaut... mais on s'est fout ! En matière de Tantra, il n'y a pas de bien et de mal, de « il faut » ou « il ne faut pas », d'échelle de valeur à ce que l'on vit... Dans le Tantra, il y a ce qu'il y a. Et l'humour est présent. En fait, probablement qu'un défaut est seulement une qualité exagérée, pas encore équilibrée, une façon de voir, une particularité intéressante, et aussi un atout et une piste d'évolution...
Je voulais vous parler de mon manque de volonté.
« Mental de cacahuète », me dit mon chéri. En effet, je fonctionne à la motivation et au plaisir ; je suis incapable de m'imposer un objectif précis et de me donner les moyens de l'atteindre. Quoique... je fais les déclarations en temps et en heure, je sais me mettre au service de ma famille tout en me respectant dans mes limites, je suis le pilier-organisateur de ma famille, je prévois et évite les embûches... mais ma limite quant à vouloir et agir en fonction, c'est en fait quand ces désirs ne sont pas vraiment les miens mais des « il faudrait que ». C'est terriiible et quelque part c'est juste : incapable de faire ce qui ne me correspond pas vraiment à ce moment.
Pourtant, je suis une bosseuse... quand l'énergie qui est mise à ce que je fais ne me coûte pas... ou que je n'ai pas vraiment le choix, comme lorsque je suis en train d'écrire à 3-4h du mat parce que j'ai la tête pleine et que je n'arrive pas à dormir. En fait, quand ce n'est pas vraiment de mon énergie-propre dont il s'agit mais que je me sens portée par le désir, le moment, la motivation (beaucoup plus que par le besoin ou la nécessité)... et que ça coule de moi sans effort, que l'effort serait de tenter d'arrêter ou de dévier ce flux.
De plus en plus, j'ai même l'impression de ne pas avoir d'énergie qui m'appartienne et de simplement être pénétrée par l'énergie tellurique/cosmique/vitale et d'offrir seulement une légère transformation dans cette circulation naturelle. Canal entre Terre et Ciel.

Mais je vais y arriver à écrire ce que je voulais à propos de l'attachement ??
J'étais partie sur cette idée, et entre-temps mon esprit m'a menée à écrire « Je ne sais pas méditer » et « Le Tantra : une religion ? »... mais quelle est la place de mon libre-arbitre là-dedans ??
Ah non... je ne suis pas attachée à un but.
Ah oui... je suis attachée à un but.
Et c'est fondamental pour avancer, d'avoir des objectifs (à court, moyen, long termes).
Mais c'est pô vrai que je dévie encore !
Bon je vais explorer ce qui m'empêche de produire cet article sur l'attachement et la fusion-défusion, et je reviens quand ce sera le moment 😉

Enjoy !
Nelly

Le Tantra : une religion ?

Tantra : méthodes, techniques, tissage...
Tantrisme ? A mon sens, abus de langage, pour en faire une religion.

Le Tantra peut être défini de multiples façons. C'est une voie multiple et polymorphe.
Probablement, le Tantra n'est pas une religion dans le sens où, tel que je le connais et y adhère, il n'y a pas de doctrine ni de dogme enfermant dans « il faut » ou « il ne faut pas », si ce n'est ce qui vient de chacun.e pour lui/elle-même et n'est imposé à personne.
Il s'agit d'une voie d'inclusion, d'acceptation, de respect de soi, de l'autre, des autres, de tout ce qui vit, de ce qui est, de ce que l'on croit, de ce que l'on sent, de nos failles et blessures...

Bien souvent, dans l'interprétation qui en est faite, les religions ont plutôt tendance à infantiliser et à culpabiliser, qu'à responsabiliser et à soutenir à réellement grandir, s'élever, s'éveiller à Soi. Les religions imposent des préceptes et des façons d'être, de faire, d'avoir. Le Tantra a un mouvement inverse : c'est de l'expérience en connexion avec qui je suis (au-delà de l'ego et en tenant compte de la personnalité et de tout ce qui est) que j'apprends ce qui est bon pour moi (mon être et aussi mon ego dans sa forme consciente, au service de l'être)... et c'est naturellement bon pour le monde, puisque j'en fais partie.

Et puis en matière de Tantra, il y a un livre (Vigyana Bhairava Tantra, vieux de 5000 ans, traduit par "Méthode pour aller au-delà de la conscience" Le livre des secrets) comme dans les religions.
Un ouvrage qui propose 112 techniques de méditation, d'acceptation et de transcendance de l'ego, de présence à ce qui est, d'affinement des perceptions... Des propositions. Pas d'obligation de faire ou ne pas faire pour espérer être une bonne personne : des cadeaux à ouvrir selon son propre choix, avec ses moyens du moment, et qui à l'origine -et jusqu'à très récemment- n'étaient prodigués qu'à titre confidentiel et personnel, par un maître en fonction de ce qu'il sentait adapté à son disciple.
Aujourd'hui, les informations sont aisément accessibles... mais il ne suffit pas de savoir comment faire pour être vraiment dans la pratique et en recevoir les apports/prises de conscience.
J'ai du mal à parler de maître.sse et de disciple en ce qui me concerne, car je me considère comme humble... et pourtant quelle attitude est plus humble que de se placer au service de plus grand que soi et des personnes qui viennent à moi, en admettant mon rôle pour/envers eux.elles ?
J'ai grandi dans cette société avec la peur des "guru" (associé aux sectes, aux suicides collectifs, aux abus sur les personnes fragiles...) Pourtant, ce terme est originellement simplement lié à l'enseignement : précepteur, guide spirituel, maître, "de l'ombre à la lumière".
"Animateur.trice" ça fait moins peur... et c'est vrai aussi.

Comme le dit mon mari : « Il y a 7,5 milliards d'individus sur Terre, il y a 7,5 milliards de religions ». En ce sens, oui le Tantra peut être considéré comme une religion, car en effet il s'agit d'être soutenu.e à trouver sa liberté d'être dans la vie du quotidien, dans le pratique, le concret... comme le propose aussi les religions (il me semble)... si on sort de l'interprétation de certain.e.s et qu'on lit les textes avec son cœur, sa conscience, son esprit ouvert à ce qu'il y a derrière les mots et les traductions/interprétations.

Une réponse de Normand ? Une réponse dans l'esprit du Tantra, en incluant différents points de vue, car la vérité est partout, dans tout ce qui est présent, dans la vie comme dans la mort, dans l'inspir comme dans l'expir, dans celui qui voit le côté lumineux comme dans celui qui voit le côté sombre...

Namasté
Nelly / Yllen

Je ne sais pas méditer

Je le dis sans honte ni culpabilité.
Je le dis sans volonté de changer cet état de fait et sans m'identifier à cela.
Je le dis sans m'attacher à ce qui est là maintenant : c'est ok de savoir méditer un jour, peut-être demain... et cela ne changera pas qui je suis au fond. Ma valeur n'en sera ni accrue ni diminuée.
C'est comme cela et je l'observe et je l'accueille et je l'accepte et c'est une partie de la Nelly d'aujourd'hui... et ce n'est pas Nelly... et je ne suis pas Nelly : Nelly est mon prénom. Mon prénom m'appartient... et n'appartient pas qu'à moi. C'est un outil pour cette incarnation, pour vivre la dualité, pour communiquer... et j'apprécie cet outil comme j'inclus dans mon cœur tout ce qui m'anime et dont je prends conscience... y compris mes refus et contraintes.

Je ne sais pas méditer... et pourtant parfois je me sens en connexion plutôt directe avec plus grand que moi.
Je ne sais pas méditer... et je m'entraîne à observer, à contempler, à concentrer mon attention, à me détendre, à relâcher le focus pour prendre du recul, à lâcher-prise avec les attentes et désirs de mon ego, à être en amitié avec mes parties, à jouer avec les événements et les éléments, à naviguer dans les méandres de ma psyché et dans la simplicité de « mon » esprit (lui ne m'appartient pas : au fond, c'est ce que je suis : une étincelle de vie du Grand Tout... comme tout ce qui vit)...

Je ne sais pas méditer... et parfois je me fonds avec le moment présent, là où le temps et l'espace n'existent plus.
Je ne sais pas méditer... et je sais aimer.

Namasté
Nelly

13 mai 2018

Les stages de Tantra : un lieu de rencontres ?

Je le sais maintenant : je suis un peu naïve.
« On ne voit chez l'autre que ce qui existe en soi »
Or, pour ma part, quand je vais en stage (et quelque soit le type de stage, et même lorsque c'est moi qui anime), c'est avant tout pour aller à la rencontre de moi-même (et de ce qu'il y a de plus grand en moi), pour approfondir mes connaissances, pour inclure d'autres façons de comprendre et de dire, pour apprendre, pour nourrir mon être grâce au champ créé par ce groupe de personnes en chemin...
Je ne suis jamais allée en stage dans l'espoir d'y rencontrer un personne, que ce soit pour une relation amoureuse ou amicale.
J'y vais pour l'enseignement, sur tous les plans (ce que je peux intégrer aux niveaux physique, émotionnel, intellectuel, de l'âme et de l'esprit). Je m'y rends pour recevoir de moi-même au travers de l'enseignant et de l'enseignement, et de tout ce qui sera présent et que je pourrai capter.
C'est peut-être parce que je n'ai jamais été célibataire (depuis mes 20 ans). Quoiqu'il en soit, je n'ai jamais cherché à rencontrer pour une aventure ou garder le lien après un stage.
Alors j'ai longtemps cru qu'il en était de même pour toutes les autres personnes qui venaient en stage de Tantra ou autre. Et puis comme c'était décrit comme du développement personnel et un chemin spirituel, ben... que tout le monde venait pour cela, bien sûr.
En fait, il s'agissait de ma lecture par rapport à ma quête et à ma personnalité.
D'autres sont faits différemment et n'ont pas les mêmes manques/besoins/désirs que moi.

Mais comme je ne vais pas à des stages pour les rencontres extérieures, je ne suis pas disponible et donc pas sollicitée pour des relations qui sortiraient de mon cadre. J'y lie simplement des amitiés douces et tranquilles, et j'ai plaisir à retrouver ces personnes à l'occasion d'autres stages. (Je sors très peu -souhaitant privilégier ma vie de famille- et suis rarement sollicitée pour cela).

Après 4 ans d'animation de stages Tantra, force est de constater que de nombreuses rencontres se sont vécues à ces occasions.
De nombreux couples se sont formés ; parfois je l'ai su longtemps après.
Bientôt la naissance d'un premier bébé de personnes qui se sont rencontrées en stage. (S'il y en a eu d'autres avant, je ne suis pas au courant).
Souvent aussi, des personnes venaient pour une problématique liée au manque d'estime de soi, au manque de confiance en soi, à la peur de l'autre, à la colère suite à des expériences délicates, des croyances limitantes, à un manque de considération ou de toucher... et ont pu faire des rencontres suite à un stage, après avoir traversé ce qui bloquait.

Il me semble néanmoins qu'un stage Tantra n'a pas la vocation d'un club de rencontres.
Et, si je m'en tiens aux personnes qui ont communiqué avec moi, je constate que tous ceux et toutes celles qui ont fait de belles rencontres qui durent, où il y a de l'engagement et qui peuvent traverser les difficultés pour la croissance des êtres et du système (le nouveau couple créé)... tous venaient en stage Tantra avec moi (ou nous en cas de co-animation) pour se rencontrer eux-mêmes avant tout, pour résoudre ce qu'ils avaient à résoudre en eux, et éventuellement pour être accueillis tels qu'ils étaient. Pour continuer un parcours de recherche sur eux, pour mieux s'aimer, pour revenir dans la confiance en la vie et aux autres, pour aller mieux, pour se comprendre, pour s'apaiser, pour trouver leur (nouvelle) place dans le monde...
Là où je veux en venir : toutes les personnes qui ont rencontré un.e partenaire, un compagnon ou une compagne de route, sont des travailleurs.euses de lumière, qui avaient déjà trouvé leur liberté par rapport à la relation à l'autre : ils/elles venaient sans attendre de rencontre, sans espérer de l'autre qu'il comble leurs manques.

D'autres personnes ont rencontré et se sont vite séparées : ceux et celles qui continuent de chercher en l'autre ce qui leur manque (et jettent après consommation), ceux et celles qui s'estiment peu et se laissent consommer, ceux et celles qui veulent profiter ou donner sans équité (pomper ou se laisser pomper), ceux et celles qui estiment que c'est aux autres de changer (soit parce qu'ils se croient parfaits soit parce qu'ils se croient incapables d'amélioration...), ceux et celles qui ne veulent pas s'engager dans une relation (ni envers eux-même d'ailleurs), etc.

Donc non je ne peux pas garantir qu'en stage, il n'y ait que des personnes sur la même longueur d'ondes. Et c'est juste comme cela : dans chaque groupe, les personnalités et les blessures, identiques et différentes… entrent en résonnance, et bien des résolutions se font par ce jeu éclairé par la présence bienveillante et encourageante des animateurs.trices. C'est en allant reconnaître et explorer ce qui se joue (en nous, et qui résonne à l'extérieur) que l'on grandit, en ôtant un voile, en découvrant un peu plus notre essence.

Mon rôle, lors de l'entretien téléphonique de pré-inscription, est de m'assurer que les personnes aient bien compris le cadre (la plupart de ceux et celles qui cherchent des rencontres sans lendemain ne viennent pas à un stage où les relations sexuelles sont proscrites et où l'on travaille sur le respect de soi et de l'autre), et aient un objectif avéré et cohérent avec nos propositions.

Les participant.e.s sont des adultes capables, responsables, puissants, en chemin vers ce qu'il y a de plus grand en eux : la beauté (liée à la structure), la bonté (l'amour, la compassion), la vérité (l'authenticité) … mais parfois ils ne le savent pas encore...
Parmi les techniques proposées en Tantra, il y en a pour tous et toutes.
Et s'il s'agit en effet de travail relationnel, c'est de Relation dont il s'agit :
- et avant tout de la relation à soi-même (observation de soi), à ce qu'il y a de plus grand que soi (et que nous oublions souvent), et à tout ce à quoi nous nous identifions et qui n'est pas nous...
- à ce que nous vivons et à nos réactions,
- à tout ce qui vit,
- à d'où vient l'énergie et à là où elle va...

La recherche d'un.e partenaire avant de se connaître mieux et d'être prêt.e à remettre en cause ses fonctionnements, ses attitudes, ses intentions... est largement prématurée... sauf s'il s'agit de continuer à chercher une béquille et à prendre soin de nos névroses (elles font partie du connu, de la zone de confort... pourtant parfois très douloureuse), en se plaignant de l'autre, des autres, de la vie, de ses propres incapacités, etc...
Tout cela est illusoire : tout humain est capable de se réaliser, s'il commence un chemin en ce sens et avance pas à pas, à son rythme. Et ce que l'on voit à l'extérieur n'est que la réplique de ce qui existe en soi-même.

En Tantra comme pour toute autre pratique de développement personnel et spirituel,
lire, regarder des vidéos, avoir des échanges intellectuels ou philosophiques, appréhender par le mental, la compréhension intellectuelle... ne suffisent pas.
Les méthodes elles-mêmes ne suffisent pas. Pratiquer en solo.a, en couple ou en petit groupe sans animateur.trice ou superviseur, ça ne suffit pas. Les pratiques sans l'esprit peuvent même parfois valoriser encore plus le mental et l'ego. « Je sais puisque je fais. »
Venir en stage, c'est bénéficier d'un accompagnement spécifique, personnalisé, pas à pas (et stage après stage), d'un accueil inconditionnel (tant que le cadre est respecté). Venir en stage, c'est aussi bénéficier de partages, d'échanges et d'interactions spécialement prévues pour toi, pour vous : je suis très souvent interpelée par l'adéquation parfaite des participant.e.s (même dans les difficultés parfois rencontrées), comme si leurs âmes s'étaient donné rendez-vous ici.
L'accompagnement individuel ou de couple, c'est encore autre chose ; ce peut être une étape avant d'oser venir en stage ou en soin/renforcement spécifique. Le champ est réduit et le.s client.s ne bénéficie.nt pas de l'énergie du groupe ni des expériences des autres... et qui font toujours écho de façon magique dans tout le groupe. Et c'est parfois rester un peu trop dans sa zone de confort ; or, on n'évolue seulement en sortant de cet espace de fausse sécurité : de sécurité de l'ego.
En fait rien ne remplace les stages.
Même pour les personnes qui pratiquent/incarnent naturellement le Tantra (certain.e.s ne savent pas que ce qu'ils vivent au quotidien, c'est déjà du Tantra) et/ou qui font partie d'un couple tantrique, il est intéressant de venir en stage pour : d'une part faire le point (nouvelles prises de conscience) et d'autre part faire une re.mise à jour (nouvelle orientation pour continuer d'avancer, car l'humain s'essouffle et est aisément détourné de ses buts fondamentaux).

Bref ! Je vous invite à aller à la rencontre intime de vous-m'aime, dans le cadre sécurisé et bienveillant d'un stage Tantra Sud Ouest !
Et les autres rencontres que vous y ferez seront exactement celles qui vous apporteront des éléments pour continuer d'avancer sur votre chemin personnel, en lien avec le Grand Tout, l'Âme du Monde... ou ce que vous pré.sentez comme sens à votre vie.
Tous partenaires sur le chemin multidimensionnel du Tantra, de la Vie !

Namasté

7 mai 2018

Tantra pour Couples : Masculin - Féminin : l'Union Sacrée

Pour tous les couples ! (donc avec une notion d'engagement -ou de désir d'engagement- dans/pour la relation)
Pour participer, il suffit que le désir de participer soit partagé par les 2 partenaires (et de réserver tant qu'il reste des places).
Au plaisir de cet accompagnement particulier, au service des êtres et de ce qui les relie !
Namasté <3

Voici une session Tantra spécifique pour les couples, co-animée par Richard et Nelly.
Elle est adaptée aux débutant.e.s comme aux initié.e.s.

Au plaisir de vous y rencontrer ou vous y retrouver !

De samedi 18 à mardi 21 août 2018 : couples (4 jours)
"Masculin - Féminin : l'Union Sacrée"
(Possibilité de rester seulement le week-end, en fonction des places disponibles)

Pour tous les couples : anciens ou re.nouveaux, en facilité ou en difficulté, hétéros ou homos, homogènes ou hétérogènes, expérimentés en Tantra ou néophytes... pour un état des lieux/mieux, pour des pratiques épanouissantes et re.connectantes, pour des cadeaux de l'instant et à renouveler dans le quotidien...
Le couple tantrique est une entité magique, accessible à ceux et celles qui se mettent en chemin. L'individu ne se perd pas pour/dans le couple : chacun.e se re.trouve encore plus profondément. L'être est nourri, grandi, renforcé, soutenu, posé... par une énergie qui va au-delà des forces cumulées des personnes.
Le couple, c'est une autre entité, co-créée, avec sa propre vie, ses propres besoins.
C'est aussi un formidable espace d'évolution individuelle.
Parfois, il s'agit d'y re.mettre quelques ingrédients, pour plus de conscience, de gratitude, de douceur, de sens, de sensualité, de joie, de détente, d'humour, de clarté, de magie...
C'est aussi à cela que sert un stage Tantra pour Couples !

Tarif pour 4 jours : 640€ par couple (nuits comprises, en camping ou collectif)
Possibilité de louer une chambre couple : supplément de 20€ par nuit ; à réserver.
Possibilité de dormir sur place avant et/ou après le stage : en parler.

Au plaisiiir !
Nelly au 06.51.02.08.16

Les prochains stages à viiivre !


Bien le bon.jour !
Voici la liste des prochaines dates, des prochains rendez-vous.
Pour débutant.e.s et initié.e.s.
Que trouver ici ? "Toi-m'aime" ! Et bien des jolis et sympathiques reflets de ce qui fait partie de toi, de qui tu es, au fond, au plus près de ton coeur !
Au plaisiiir !
Namasté 🙏

- vendredi 29 juin : femmes (Attention ! Changement de date)
"Pratique de l'oeuf de yoni" (70€)
avec Nelly
(Un document d'information au sujet des oeufs de yoni est transmis sur simple demande à nelly.germain@sfr.fr. Vente par correspondance ou sur place d'oeufs en différents cristaux et pierres.)

- de vendredi 13 juillet 19h à dimanche 15 juillet 18h : femmes
"Tantra et Chamanisme" (210€ ou 180€ pour celles qui ne peuvent arriver que samedi 9h30)
avec Nelly et Elsa

- samedi 18 au mardi 21 août : couples (4 jours)
"Féminin - Masculin : l'Union Sacrée"
avec Nelly et Richard

Et puis c'est prévu pour la rentrée de septembre 2018 :

- dimanche 2 septembre : femmes
"Pratique de l'oeuf de yoni"
avec Julia Huppert et Nelly
(Un document d'information au sujet des oeufs de yoni est transmis sur simple demande à nelly.germain@sfr.fr. Vente sur place d'oeufs en différents cristaux ou pierres.)

- dimanche 9 septembre : mixte
"Vers des relations authentiques"
avec Nelly et David Taurel
(Possibilité de cumuler dimanche et lundi : 2 journées différentes et complémentaires)
- lundi 10 septembre : mixte
"Initiation Tantra et massages"
avec Nelly
(Possibilité de cumuler dimanche et lundi : 2 journées différentes et complémentaires)
- dimanche 16 septembre : mixte
"Tantra et massages : être présent.e dans l'instant"
avec Nelly
- samedi 22 et dimanche 23 septembre : mixte
"T Terre", principalement sur les chakras 1 (Racine) et 2 (Sacré)
avec Nelly et Richard
(Ce stage fait partie d'un cycle de 3 : T Terre, T Coeur et T Ciel ; idéal de commencer par ce module)
- samedi 6, dimanche 7 et lundi 8 octobre : mixte
avec possibilité de participer seulement au week-end (lundi, approfondissement)
"Tantra : traverser nos peurs, en douceur" (Derrière nos peurs, notre liberté)
avec Nathalie Giraud et Nelly

- samedi 13 et dimanche 14 octobre : mixte
"Massages tantriques - module 1"
avec Nelly et Richard



* Un nouveau stage, avec une partie entre personnes de même sexe, puis un temps ritualisé ensemble.
* - de vendredi 26 (18h) à dimanche 28 (14h) octobre : femmes 
* "Tantra Femmes"
* avec Nelly
* - de vendredi 26 (18h) à dimanche 28 (14h) : hommes 
* "Tantra Hommes"
* avec Richard
* - dimanche 28 (14h-18h) octobre : mixte
* "Accueil, acceptation et ré.conciliation"
* avec Nelly et Richard
* (210€ par personne, de vendredi 18h à dimanche 18h)
 
- samedi 3 et dimanche 4 novembre : mixte
"T Coeur", principalement sur les chakras 3 (Plexus solaire) et 4 (Coeur)
avec Nelly et Richard
(Ce stage fait partie d'un cycle de 3 : T Terre, T Coeur et T Ciel ; possible de commencer par ce module)


Et pour davantage d'infos : Liste des stages
Puis appeler Nelly au 06.51.02.08.16 😊

1 mai 2018

Danse avec l'ombre et la lumière

Le Tantra, voie d'acceptation... aussi de nos parts d'ombre... sans les juger, sans s'y identifier, sans vouloir les changer... En effet, nos parts d'ombre ont une grande valeur, et sont aussi des guides vers plus de lumière. Elles sont le fondement de notre humanité.
Le Tantra que je reconnais ne cherche pas à les contrôler, les empêcher d'être ni de s'exprimer, les soumettre aux normes des bien-pensants, les vaincre, les anéantir... : les parts d'ombre sont des comme parties intégrantes, intégratives, stimulantes, intéressantes... de nous-mêmes et des autres en miroir. Il s'agit d'y poser son attention, d'en prendre conscience et de faire des choix qui correspondent à nos valeurs profondes, dans le respect de chacun.e.
Il me semble que le plus puissant impact (tout en douceur) que nous pouvons avoir sur nos parts d'ombre (d'autant que là aussi la lumière existe... et elle peut même y trouver sa source), c'est en les observant, en les accueillant, en apprenant à les respecter voire à les aimer... comme nos enfants intérieurs de tous âges et qui n'ont pas été reçus (et ne sont toujours pas accueillis aujourd'hui) autant qu'ils en auraient eu besoin... et se rappelle à nous de cette façon.
Le chemin qui me convient pour équilibrer mes parts d'ombre, pour vivre dans la voie du milieu, pour avancer en paix sur mon chemin de vie : mettre à l'oeuvre mes autres parts. C'est à mon adulte intérieur, à ma mère intérieure, à mon père intérieur, à mon Féminin, à mon Masculin, à mon animal (vitalité, instinct, reliance à la Terre, sauvagerie, hors du contrôle du mental, de l'ego, des croyances...), à mon/ma Sage... d'englober le Tout, sans distinction, sans jugement de valeur (l'ombre est une sensation et non une valeur négative) dans cette présence bienveillante, qui comprend (prend avec) ce qui est tel que c'est, simplement.
Namasté
Nelly



 Je vous conseille la lecture de cet ouvrage, mêlant Tantra et Chamanisme.
En version papier, il est presque introuvable … sauf auprès moi : Nelly au 06.51.02.08.16 / nelly.germain@sfr.fr
(Format 15,5 x 22,8 ; 200 pages ; imprimé au Canada en 2011)
Tarif : 12€ + 5€ de port en lettre suivie (jusqu'à 3 livres par enveloppe)
Achat : espèces, chèque, Paypal ou virement (demander les infos correspondantes par texto ou mail).
Merci.