16 avr. 2017

Quid de la nudité en Tantra rouge ?

S'il y a autant de Tantras que d'animateurs et d'équipes d'animation (peut-être même autant que de groupes et de sessions), on distingue néanmoins deux voies principales en matière de stages de pratiques tantriques. 
(Un stage de Tantra qui ne serait pas basé sur des pratiques, ne serait pas un stage de Tantra à mon humble avis).
On parle de Tantra blanc et de Tantra rouge, ou de Tantra de la main droite et de Tantra de la main gauche.

La différence principale entre ces voies tantriques se situe au niveau de la gestion du corps et de la nudité.

C'est au Tantra rouge que j'ai été initiée et c'est celui qui se vit dans les stages Tantra Sud Ouest. Cette voie correspond à ma personnalité et à de nombreuses personnes et à de nombreux couples dans nos pays occidentaux.
Dans le Tantra rouge, la nudité (en lien avec les principes d'authenticité et de réalité) est abordée à différents niveaux : physique, émotionnel, intellectuel, psychologique, spirituel.
D'ailleurs les massages honorent le corps dans sa globalité, et donc souvent dans sa nudité si c'est OK pour le.la massé.e et le.la masseur.euse.
Il n'est absolument pas souhaitable de s'obliger à quoi que ce soit, car si la personne se fait violence et doit se dissocier de son émotionnel pour supporter une épreuve, cet exercice n'a plus aucun intérêt, ni pour elle ni pour la ou les personnes avec lesquelles elle pratique, et ne fait que valider son traumatisme.
Un stage Tantra ne remplace pas un cursus thérapeutique, mais il peut le soutenir et permettre de réactualiser : de valider le travail accompli et l'intégration de ses résultats, par l'expérimentation en douceur, dans le cadre bienveillant et compétent, impulsé par les animateurs.trices.

Les stages de Tantra permettent de mieux se connaître, de mieux s'accepter, pour mieux s'aimer, de mettre du sens à sa vie et à ses actes. Et l'écoute ainsi que le regard bienveillants de l'autre nous y aident.
La nudité fait partie d'un processus de dépouillement : il s'agit de se révéler à soi-même et de laisser l'autre nous accueillir tel.le.s que nous sommes.
Le corps, le coeur et l'esprit sont nos centres de base, complémentaires et imbriqués ; nous avons besoin de vivre en les associant, en constatant les liens tissés entre eux et avec les autres, les événements, les éléments...
De nombreuses personnes viennent au Tantra parce qu'elles ne se sentent pas complètes : elles sont morcelées, coupées au niveau de leur sexe ou de leur cœur, seules dans leurs relations, etc ; les structures (pratiques dans le cadre), rituels, échanges, partages... travaillent sur la relation (intérieure et extérieure), tout en douceur.
D'autres personnes ou couples viennent en stage pour apporter de nouveaux ingrédients, une nouvelle dynamique à leur vie... et cette nourriture va en effet les amener vers des strates encore inexplorées.

Longtemps j'ai mené ma vie pour éviter ce qui me faisait peur. Un jour, j'ai compris que ce qui m'inquiète est en fait souvent le signe d'une résistance mentale, et de dépasser ma peur, d'aller vers ce qui m'inquiète (en respirant, en restant attentive à ce qui se passe en moi), me permet d'être plus libre, en confiance, dans ma puissance.
C'est l'histoire d'Eros et de Thanatos : la pulsion de vie et celle de mort. La vie représentée par nos désirs et la mort par nos peurs...

Donc à la question «  y a-t-il nudité en stage ? », la réponse est « oui, cela peut être proposé, mais jamais obligatoire ».
Un gros travail est d'ailleurs, pour de nombreuses personnes, d'apprendre leurs limites, de dire « non » (qui est un « oui » à autre chose).
Le rôle des animateurs.trices est d'accueillir chacun.e où il.elle en est, de le.la soutenir dans sa compréhension, à son propre rythme.
Douceur et profondeur font bon ménage.
Tout comme confiance et vigilance.

Namasté 🙏