22 mars 2018

"Danse avec l'ombre", récit initiatique, de Doha Khan

Liz Perret, de S'épanouir en famille, nous offre son retour sur la lecture de cet ouvrage :

Bonjour à tous,


Je vous partage ma lecture du livre « Danse avec l’ombre » qui m’a été offert avec enthousiasme par Nelly Germain, animatrice à Tantra Sud-Ouest. Elle me l’a présenté comme un récit mêlant chamanisme et tantra… J’étais déjà emballée !


Avant de parler de l’histoire, Nelly m’a partagé son admiration pour l’écrivain, Doha Khan, qui animait lui aussi des stages de tantra. Intéressée pour en savoir plus sur cette pratique, j’étais heureuse d’avoir accès à ce livre inspirant, ceci d’autant plus qu’il était sous une forme romancée. J’aime beaucoup ces façons d’écrire qui ne passe pas par la compréhension du mental, mais plutôt par le ressenti du coeur et du corps au fil des mots.
Le livre est fluide à lire, et on y sent une influence autobiographique, qui est venue d’autant plus attiser ma curiosité !



Le roman est l’histoire de Georges parti faire une expédition en Himalaya, où il fait une chute mortelle dans le vide… puis renaît dans les minutes qui suivent son décès ! A partir de là, il va constater l’immensité du chemin intérieur déjà accompli, et enfin comprendre les paroles transmises quelques années auparavant par Anaïs, la femme initiatrice qui le guide et l’accompagne sur ce chemin vers lui-même : « Le jour où tu rencontreras la grandeur du féminin en toi, tu pourras recoudre ton coeur déchiré avec l’aiguille de l’amour ».


De retour au Canada, on va le suivre dans ses rencontres à la Femme, avec les femmes, avec des femmes. On découvre alors un vécu de la relation emplit d’une grande liberté. Georges savoure, goûte chaque rencontre au-delà de ce que l’on peut connaître habituellement, dans la tradition occidentale. C’est d’ailleurs là, et de cette façon, qu’il va pleinement faire l’expérience de qui il est : dans cette liberté d’être lui et de rester fidèle à ce qui se joue en lui.


Parfois je me suis sentie touchée par cette liberté d’aimer sans restriction, par cette audace à aimer avec le corps, sans émettre aucune intention sur la relation. D’autres fois, je me suis sentie dérangée par cette façon d’appréhender la relation à l’autre. J’ai aussi perçu sa quête de lui-même au travers de ses rencontres, s’expérimentant parfois libre, parfois restreint, mais toujours conscient de ce qui vit en lui.

Tellement de douceur, de délicatesse, de fragilité aussi, se dégagent de ces partages, et de cette façon de les vivre. Tellement de profondeur aussi dans ces échanges qui côtoient l’amour, la vie, la recherche de soi dans l'expérience, dans le respect du chemin de l'autre ... Un récit aussi tellement empreint de mort, d’acceptation perpétuelle des fins … qu'il accueille d'ailleurs comme autant de débuts, de renouveaux, presque de cadeaux de la vie. J’ai été émue par le cheminement de cet homme en quête de authenticité et d’intégrité, de complétude, au travers de ses rapprochements de coeur à coeur, et de corps à corps.

Beaucoup de générosité et d’humanité se dégage de ce récit. Il y a en effet un aspect très chamanique qui s’y exprime. Le livre parle de passages, et en marque les étapes au travers de rituels riches en émotions.

Ici, les notions de masculin sacré et de féminin sacré se rencontrent, s’entremêlent, se complètent avec force (intérieure) et tendresse (pour soi comme pour l'autre). J’ai été touchée par la délicatesse et la sensibilité de cet homme, mais aussi par sa détermination à aller se rencontrer et se dépasser, au-delà de ses limites : au travers de ses rudes expéditions où ils frôlent régulièrement la mort, ou de son expérience d’accompagner la mort d’une femme aimée. 


C’est un livre émouvant, inspirant, qui nous emporte dans un autre univers : celui de cet homme qui vit pleinement sa vie et ses choix, qui côtoie la mort, la rencontre, la dépasse. Un homme qui meurt à lui-même pour mieux se créer son propre monde, au-delà de toute représentation ou vérité pré-établie.

C’est un récit qui nous parle de l’évolution d’un homme, de l’Homme, du Masculin, mais aussi des femmes, de la Femme, du Féminin, et de sa puissance initiatrice dans le cheminement et l’émergence de l'Être dans sa complétude. C’est une grande histoire d’amour aux milles facettes, l’image d’un enrichissement mutuel qui n’en finit jamais, mais surtout une histoire d’amour de soi vers soi, l’autre nous en montrant toujours plus le chemin.

De la part de Nelly, deux remarques personnelles (pour éclaircir ce qui me semble nébuleux pour certain.e.s) :
- le Tantra, c'est bien autre chose que des relations/pratiques sexuelles, et il peut être vécu à chaque instant, aussi en-dehors du contact physique avec l'autre (l'histoire de Georges est à sentir/comprendre à d'autres niveaux que la simple validation d'une sexualité plurielle et/ou sans protection) ;
- concernant les moments de connexion sexuelle avec lesquels ce roman est aussi tissé : l'Amour ne protège pas des IST.

L'ouvrage en version papier est presque introuvable (format 15,5 x 22,8 ; 200 pages ; imprimé au Canada en 2011)… sauf auprès de Nelly au 06.51.02.08.16 / nelly.germain@sfr.fr
12€ + 5€ de port en lettre suivie (jusqu'à 3 livres par enveloppe suivie) (paiement : espèces, chèque, Paypal ou virement)