Nos dernières actuaLités

Lâcher prise

Qu’est-ce que le lâcher-prise ?
Quels sont ses inconvénients et ses avantages ?
Voici un essai d’y répondre en partie.

Je parlerais de détente au niveau de l’ego ou du mental.

Cette détente, ce lâcher des tensions… détend le lien d’attachement entre l’ego et l’humain… mais ne détend pas du tout l’ego : il sent bien que c’est sa perte, sa dissolution au-delà des limites qu’il connaît et dont il est sûr d’avoir intrinsèquement besoin pour sa survie. L’ego est fait de croyances, qu’il chérit, qui le définissent. C’est son attachement à ses croyances/limites qui sont le fondement de la souffrance humaine. Néanmoins il n’y a pas à vouloir casser l’ego :
– d’une part, cela le renforce (et il peut apprendre à se cacher pour survivre, ce qui lui laisserait toute latitude pour oeuvrer dans l’ombre, sans que nous n’ayons conscience de qui tire les ficelles),
– d’autre part, il fait naturellement partie de l’évolution de l’humain, alors autant l’inclure comme un allié intéressant et dont il convient de se méfier, avec ses idées, ses besoins, son rôle… et probablement y a-t-il lieu d’apprendre à le comprendre, l’accepter, le respecter, l’aimer… comme chaque part, pour une alchimie dans le Coeur.

En effet, de mon point de vue, le lâcher-prise est en lien avec l’ego et le mental, de façons différentes.
Le lâcher-prise permet de sortir de l’attachement et de son corollaire : la souffrance.

Au niveau de l’ego, il s’agit d’entrer dans un monde multidimensionnel où l’on est tout petit, désidentifié… et en même temps où l’on a toute sa place (celle d’un maillon parmi tant d’autres, d’une étincelle dans un feu, d’une goutte d’eau dans l’océan). C’est dissoudre ses barrières et Être véritablement, puis agir depuis l’Être, en fonction de l’élan naturel de chacun.e et non plus de son conditionnement psychique (de cette vie, transgénérationnel et mondial : nous sommes tous re.liés, comme les cellules d’un même organisme).

Quant Au niveau mental, c’est un des processus qui y conduit, valable pour de nombreux Occidentaux, ceux dont la personnalité est plutôt dans l’intellect. Il s’agit de travailler à ne plus s’attacher à des croyances restrictives, à nos limites visuelles et des autres sens, à nos schémas de pensées… pour avoir accès à plus grand que Soi, plus grand que tout ce à quoi l’humain a été conditionné depuis si longtemps (l’asservissement au pouvoir des élites, elles-mêmes inconsciemment asservies à l’ego.)

Lâcher prise, c’est entrer dans sa vraie liberté d’être et son pouvoir personnel (non pas sur les autres, mais pour, avec…) dans la joie, la gratitude, le simple et immense bonheur, l’humilité, la fierté, l’ouverture aux possibles, la détente, la verticalité, l’horizontalité, l’accueil de ce qui est, la transmutation naturelle…

Ce que je vois comme inconvénients au lâcher-prise ?

(Probablement c’est différent pour chacun.e, en fonction de la personnalité et du chemin personnel, donc je parle là de moi… et je suis ouverte à entendre vos témoignages à ce sujet.)

1/ Incapacité à faire ce qui ne me motive pas réellement, profondément, viscéralement.

Par exemple, je peux savoir mentalement que ce serait bon pour moi de manger moins de gluten, lait de vache, sucres raffinés… ben non je ne le pratique pas.
Pareil pour un peu d’exercice physique tous les jours.
Méditer en position assise ? Rester immobile plus de quelques minutes ? Pas pour moi, merci. Alors que ce peut être aussi une excellente façon de lâcher prise, mais pas adaptée à moi aujourd’hui.)
Bref ! Aucune discipline !

2/ Pas de motivation à agir pour satisfaire l’autre.

Ce qui n’est ennuyeux que du point de vue de l’ego :
– celui de celui qui voudrait recevoir ceci ou cela de moi… et ne l’obtient pas si ça ne me tente pas physiquement (il me faut le sentir et en avoir l’impulsion ; ça ne me suffit pas de savoir que l’ego de l’autre serait valorisé ni que je pourrais profiter/manipuler l’autre par sa satisfaction egotique : il faut que ça vienne d’un élan réel, sans attente de retour sur investissement.)
– le mien, parce que j’ai une part qui aime bien que l’autre soit content de moi, grâce à moi, et me le dise (probablement en lien avec ma part qui croit qu’il faut être gentille pour être aimée.)

3/ Pas de retour (confortable) en arrière possible.

Le lâcher-prise s’accompagne de détente et donc d’une meilleure circulation énergétique et donc d’une montée en sensibilité, et quand les canaux s’ouvrent, ils ne se referment pas, même quand parfois ce serait plus reposant (je crois que même la prise de substances n’est pas suffisante ni satisfaisante.)

4/ Une certaine marginalisation (changement naturel de taux vibratoire et donc de cercles, de systèmes, de vie… que parfois la famille et les anciens amis ne comprennent ni n’acceptent.)

Attention à l’ego qui voudrait nous faire croire qu’on vaut mieux que les autres…

… parce qu’on a lâché sur certaines croyances, sur certains schémas de pensée, parce qu’on relativise, parce qu’on est plus dans notre puissance, plus apte à comprendre et prendre soin… Que nenni ! Différents mais pas supérieurs : nous avons toujours à apprendre (de la vie et de chacun.e, car tou.te.s sont des miroirs)… et l’ego est toujours en attente de reprendre sa place privilégiée.

Croire que l’ego est vaincu définitivement… serait hautement égotique justement… et prouverait qu’il est juste là, à l’affût voire au pouvoir. L’éveil n’est probablement pas réservé à quelques-un.e.s, mais il n’est pas non plus forcément définitif… et les éveillés ne sont pas forcément ceux qui le croient.

Et comme nous savons (faire la distinction entre ce qui vient de l’Être et ce qui vient de l’ego, ce qui est de l’Humain et ce qui est de la psyché humaine encombrée), nous sommes d’autant plus responsables des pensées et actions négatives que nous avons, en étant stimulés par l’ego.

Ouf ! Il est relativement simple de se rendre compte si nous sommes agis par l’Être ou par l’ego : grâce à nos sensations, notre intuition, notre conscience (tout ça est intimement lié)… et pour ceux/celles qui aiment y avoir recours : nos maîtres, nos anges, notre esprit-animal, les esprits de la Nature, etc.

Et en même temps, tellement d’avantages à lâcher-prise !

– sentiment de vivre véritablement (et pas uniquement de survivre, en servant inconsciemment des systèmes qui profitent de l’humain sans lui permettre de grandir)

– capacité de dire non sans chercher à se justifier

– moins de sentiment de culpabilité (conscience que ce sentiment a été insinué en nous pour nous manipuler)

– pouvoir personnel, puissance derrière la vulnérabilité apparente

– ouverture et liens corps-coeur-esprit et avec les Humain.e.s et le Vivant

– connaissances, connexions, intuitions

– re.trouver, être trouvée par des personnes qui correspondent à mon niveau énergétique

– capacité à perce.voir le merveilleux, le magique, le divin, le sacré… partout !

– … et même les épreuves, deviennent des cadeaux : des présents ! Oui chaque présent (aux 2 sens du terme : actuel et cadeau) a sa valeur… à découvrir en lâchant l’a priori et en allant vaillamment suivre son coeur. Tout est là ! Tout est juste ! (même mes indignations, mes colères, les incompréhensions, le refus…) … et le devient d’autant plus lorsque la lumière de la conscience l’apaise et permet la résolution de la situation, pour le meilleur, souvent inattendu…

– communications subtiles, co-créations avec l’Univers

– être, être partie prenante dans les principes de l’Univers, un pion utile par choix

– sentiment d’avoir trouvé ma place dans le monde

– plus besoin de me justifier, de réitérer des explications, de chercher à avoir l’aval de l’autre : lorsque mon interlocuteur ne me comprend pas, c’est juste. Nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes, alors il vaut mieux pour lui qu’il cherche une personne plus adaptée à ses besoins.

A part ça, je n’écris là que ce que je crois à l’instant présent ; peut-être demain tout aura changé ! Et je ne demande à personne de me croire, et je me nourris aussi de ce que d’autres sentent et partagent.

Ce qui me conforte dans ma foi (parce que c’est bien de cela dont il s’agit : une conviction profonde, au-delà de tout clivage religieux), c’est :
– mes stages : les participant.e.s résonnent avec moi. Ils ne viennent pas par hasard ni pour seulement toucher/être touché ou dans l’espoir de faire une rencontre amoureuse. Ils viennent pour se re.trouver, pour communier, pour ré.apprendre à (s’)aimer…
– FB (outil mental par excellence) : quand je vois que j’ai 4300 « amis » et que tous sont dans une certaine douceur et une recherche personnelle voire spirituelle, je me sens un peu validée comme faisant partie d’une œuvre d’Amour…
– mon quotidien, avec tout ce qui s’y vit, à tous les niveaux.

Ecrire me permet d’éclaircir mes pensées. Et de me remettre en chemin, avec une direction plus claire. A chacun.e ses méthodes !

Au plaisir d’être et rester en lien (et non en attachement)… et de rece.voir en stage ceux/celles qui le souhaitent !

Je vous souhaite de jolies et douces fêtes de fin d’année, entouré.e.s de ceux et celles que vous aimez ! (Et s’ils/elles ne sont pas là physiquement, sachez qu’il ne tient qu’à vous de vous y connecter dans le cœur… et de respirer l’Amour, et de diffuser l’Amour.)

Namasté

Nelly

Notre part de responsabilité

Hellooo, mes frères humains et mes soeurs humaines 🙂
C’est après avoir visionné cette vidéo à propos de la propagande (la manipulation des peuples par les médias) que j’ai le désir de vous livrer mes commentaires.
Voici des explications intéressantes et ennuyeuses (ben oui: je suis humaine et j’ai aussi toutes les parts en moi !)
J’ajouterais à la fabrication de notre consentement bien d’autres facteurs liés à ce que sont les humains (nous sommes manipulés parce que nous sommes manipulables):
– la paresse (c’est du boulot, d’aller chercher les vraies infos, et de se mobiliser, aller à la rencontre des autres, se remettre en question, changer nos comportements…),
– la peur du changement (on sait ce que l’on a… ou qu’on croit avoir…),
– la peur de perdre en confort (marginalisation),
– la tendance à croire ce qui conforte (plutôt le vraisemblable que le vrai, et plutôt ce que notre ego peut supporter),
– le désir de faire partie du groupe le plus fort (lié à notre instinct de survie et notre avidité),
– l’égoïsme et la misère (tous ceux et toutes celles qui ont déjà du mal à joindre les 2 bouts, comment pourraient-ils/elles se battre pour faire avancer la société? et quand ça va bien, pourquoi vouloir des changements et risquer pour son confort?),
– le sentiment de culpabilité… qu’on ne veut pas voir de trop près… et du coup on préfère ne pas regarder là où ce sentiment pourrait être réactivé (il y a là un gros nettoyage à faire sur un sentiment induit, fabriqué pour nous manipuler justement… et retrouver notre sentiment de responsabilité, de conscience de notre part),
– l’alimentation qui nous fatigue, nous coupe de nos ressentis de base, nous rend addicts (gluten, sucres raffinés, lait de vache, etc… et aussi le fluor et autres substances qui nous encrassent et nous endorment corporellement et cérébralement), etc.
Heureusement, nous avons accès (grâce à internet surtout, et aussi à la nature-même des informations: elles sont partout, en tous temps… et accessibles aux humains grâce à leur réceptivité liée à la glande pinéale, etc) à des controverses et à énormément d’infos non triées (fondamentales comme anodines voire fallacieuses) par le mass media, mais il y en a tellement et c’est tellement énorme en contenu! Qu’en faire? Penser ne suffit pas.
L’action qui convient à ma personnalité, c’est d’écouter, de voir, de lire, d’écrire, de travailler sur moi-même et mon positionnement (intérieur et mon comportement), d’être enthousiaste et aimante, de diffuser mes valeurs et l’Amour, de vivre avec plaisir et selon mes aspirations… en confiance que d’autres personnes avec d’autres personnalités agissent de même et que leurs actions complètent les miennes…
Et vous, comment percevez-vous ces informations et qu’en faites-vous ?
Au boulot, mes frères et soeurs! A chacun.e sa part et son oeuvre du jour! (Chaque goutte d’eau est importante, et je vous engage à agir dans la détente, avec Amour et humour !)
Tendresse à chacun.e 😍
Namasté 🙏

Mental, ego, Être

Bien le bon.jour !

Il paraît que c’est particulier au niveau cosmique aujourd’hui : le 12/12/2018 serait un grand portail énergétique (« période qui peut être déstabilisante parce ce que tout ce qui n’est pas aligné avec notre véritable nature d’être remonte en surface pour être libéré » et bien d’autres explications par Merlin Charles et d’autres personnes qui ont ce centre d’intérêt.)

Je veux bien le croire et cela expliquerait peut-être mon réveil à 2h du mat’… ou pas.

Cet article est un peu long parce que j’avais envie de nous donner des chances d’être sur la même longueur d’ondes cérébrales 😉

Aujourd’hui m’est venue l’en-vie de partager mon ressenti et mes idées aux sujets de l’Être, du mental et de l’ego.

Nos souvenirs ne sont qu’une toute petite parcelle de la réalité… et parfois même une réalité pervertie voire inversée (ne passe pas l’épreuve des faits)… et cela a du sens aussi. Car ces parts de « réalité » (croyances, en fait) constituent aussi le monde dans lequel nous vivons. Il n’y a qu’à voir à quel point certains vont loin dans la négation des droits et besoins d’autres humains, seulement parce qu’ils croient détenir une plus grande vérité que les autres.

Alors ne tombons pas dans cet écueil en croyant avoir plus raison que l’autre, hein ?!… et que la vérité mérite d’être défendue au prix de combats physiques.

Il me semble que seul un débat d’idée avec une véritable écoute (et donc en laissant chaque autre dire sans lui couper la parole et en aménageant des temps de silence) peut servir la vérité.

On ne combat pas le feu par le feu… ou bien c’est qu’on laisse un champs de ruines, mais alors qui a gagné ? L’ego, certainement pas l’Humain ni la Vie.

Pourtant notre mental peut nous aider à nous convaincre, nous rappeler, nous démontrer… que la vérité est multiple et immense, et probablement très rares sont les humains qui ont accès à sa globalité, car la plupart se limite (et on en revient à l’Ego, limité et revendicatif, entre autres qualités qui ne se retrouvent pas dans l’Être).

Il suffit de demander le témoignage de plusieurs personnes sur le même événement ; la grande majorité des personnes sont de bonne foi et pourtant ont des vues très différentes, et même lorsque cela se rejoint, le langage (verbal et paraverbal) et la gestuelle sont différents… et ce qui est perçu par l’auditeur ou le visualiseur, l’est aussi. Le sentiment d’être dans le juste et la bonne volonté ne suffisent pas à avoir raison (et encore moins raison contre l’autre), et la raison n’est pas ce que l’on croit (la raison au sens de cause, tenant des guerres si, mais pas la raison au sens… du sens justement, du principe fondamental).

Car là derrière, il y a l’ego, qui contrarie l’accès à la véritable puissance d’être humain, à sa spiritualité ancrée dans la Vie.

L’ego, c’est la porte fermée à l’Union, au Divin, au Sacré, au Sublime, au Subtil, à l’Être, à l’Âme, à l’Esprit, à l’intériorité, à la Vie multidimensionnelle et orgasmique (si si j’ose !)

Tapi dans l’ombre ou exposé sur la place publique, l’ego croit savoir, y compris ce qui est bon pour les autres. L’ego est certain de détenir les tenants et aboutissants des situations… ou sûr d’avoir besoin de comprendre intellectuellement pour accepter, respecter. Justifié dans sa toute puissance par certains processus analytiques et par nos émotions mal accueillies (refoulées, contrôlées, exacerbées dans l’intention de manipuler ou se faire croire qu’on a raison), l’ego s’accroche à ses valeurs : le pouvoir, le faire (ce qui le valorise, le justifie), la volonté de défaire/détruire ce qui lui nuit ou le met en insécurité (l’autre différent), la maîtrise, le contrôle, l’ordre, l’intellectualisation, la fermeture à ce qui ne le satisfait pas…

Ce qui contrarie l’ego ? L’être.

Et pour percevoir l’Être en Soi ? L’Être est, inaltérable, graine, source, Tout et partie du Tout… et rien au sens de l’ego. L’Être ne crie pas comme l’ego ; il est bien plus subtil et a tout son temps, alors que l’ego est le fils de la peur. C’est comme si l’ego était le bébé, le petit enfant (avec la pureté, l’innocence, en moins, et très limité dans ses compréhensions) alors que l’Être est étincelle de Vie, éternel, omniscient, détaché du bas-monde tout en ayant fait le choix d’une amnésie partielle et de venir expérimenter sur Terre (une planète encore magnifique, mais probablement actuellement à un tournant pour le règne humain).

On en revient à Eros et Thanatos.

Pulsion de vie/désir, pulsion de mort/peur. Et je perçois mieux ainsi la disproportion des forces en présence et la suprapuissance de l’Amour universel par rapport aux soubresauts compulsifs de la haine, de la peur, de la colère (lorsque ces énergies ne sont pas accueillies et ramenées dans la lumière en y voyant un cadeau merveilleux dont on peut remonter le fil pour transcender la douleur et aller vers encore plus d’inclusion dans le Grand Tout).

Alors comment ces parts d’humain (en l’occurrence, ego et Être) si différentes peuvent-elles vivre ensemble et s’allier pour la grandeur, le Beau, le Bon, le Vrai, la Joie, le Bonheur, une vie utile et jouissive, l’élévation de l’Humain.e… ?

A mon sens (et peut-être que cela se limite à la catégorie d’humain.e.s plutôt dans la sphère intellectuelle, dont je fais partie), c’est au niveau du regard porté sur ce que je vis et ce que vivent les autres. Il s’agit d’une hygiène à penser, d’un assainissement de nos pensées.

Car la vue est le sens le plus en lien avec le mental.

Pour moi, mental est synonyme d’intellect. Il fait référence au centre intellectuel inférieur. « Inférieur » sans dénigrement aucun : c’est un socle, une base nécessaire, mais ce n’est pas le but en Soi. Les humains sont dotés d’un néocortex, centre physique de la pensée ; et c’est avec les outils fournis en ce monde que nous avons à évoluer, avancer, grandir, nous élever tout en restant ancrés dans l’ici et maintenant. (Libre à chacun.e de penser différemment : c’est vrai aussi ! Vivre le libre-arbitre et la possibilité de choisir… ou choisir de ne pas choisir…)

Et si le mental est bien souvent cantonné au rôle de fidèle serviteur de l’ego, il est possible de le faire changer de fonction, en lui proposant de se mettre au service de l’Être…

… car c’est ce à quoi il aspire en fait : monter en grade, mais pour cela, il a besoin d’y être invité (par la volonté, le travail personnel et spirituel) et instruit, car ce n’est pas ce à quoi il a été habitué depuis sa naissance.

En effet, pour protéger le petit être vulnérable, en tant que fidèle serviteur, il a érigé des barrières.

Le petit enfant, être en puissance déraciné de son milieu d’Amour pour expérimenter la séparation, la dualité… il fallait bien lui permettre de trouver de nouveaux repères et de survivre dans ce monde si étriqué (en apparence) et pourtant relié à tant de magie…

C’est un sacré boulot qui est alors confié au mental (se mettre au service de l’Être et non plus de l’ego) : c’est comme s’il arrivait dans une toute nouvelle entreprise où tous ses repères sont balayés. Ses dossiers et codes-couleurs n’existent plus ; tout est blanc et on lui demande de ne plus rien croire, de ne plus analyser ni justifier. Il n’est plus nécessaire de rendre des rapports structurés et des conclusions sans appel… mais c’est ok qu’il continue à faire avec ce qu’il a comme repères dans un premier temps : l’Être n’est pas pressé ; il a tout son temps et confiance en ce nouvel arrivant de bonne volonté. Alors qu’il est fait pour catégoriser appliquer des automatismes, il apprendra à s’ouvrir aux possibles, à revenir au corps, à sentir avec subtilité, à ne pas juger ni critiquer, à douter de tout, à avoir foi, à se laisser aller à ses émotions sans avoir d’attitudes réactionnelles, à agir depuis le cœur, à aimer ses ennemis apparents, à jouer avec ses parts, à remettre chaque jour tout en questions, à se laisser aller, à lâcher ses certitudes et schémas de pensées, à entendre tous les messages du corps physique et à les interpréter, à ne jamais croire qu’il a raison et que les autres ont tord (nous avons tous des parcelles de vérité, et nous créons la réalité par nos pensées), à respirer, à se discipliner pour l’activité physique, l’alimentation et les impressions (les lectures, les écrans, les oeuvres…)

Peut-être existe-t-il des personnes qui n’ont pas de mental ? Des personnes qui n’ont pas d’ego ?

Je ne sais pas. Mon chéri dit (j’y vois affection et un brin de moquerie) que j’ai « un mental de cacahuète » (et c’est ok pour moi) parce que j’ai peu de volonté : incapable de me tenir à une décision quand elle ne résonne pas en moi.
Une alimentation plus adaptée à mes vrais besoins ? Euh… quand j’en aurai l’élan à un autre moment qu’après un repas trop lourd, ok ? Voilà ! Je ne fonctionne qu’à la motivation, non pas à la carotte (je n’en attend rien de matériel : juste la satisfaction sur le moment, d’agir comme j’en ai le désir profond, de me sentir à ma juste place). Incapable de faire parce qu’il le faut ; mon mental a complètement lâché là-dessus (ce qui a des avantages et des inconvénients.)

Pourtant, rien ne me détourne de ce qui m’appelle depuis l’intérieur, de ce qui nourrit mon Être et ma mission de Relation (c’est la première fois que j’écris cela « ma mission de Relation » et oui je le sens comme cela)… et le mental a besoin de ça : si déjà je lui ai enlevé ses repères, ses habitudes, sa sécurité matérielle, au moins qu’il ait une compensation à faire des retours sympas sur ce que je vis à l’intérieur. Parce que c’est ça son rôle au service de l’Être :

  • l’observation (sans jugement ni critique, sans culpabilité ni honte, sans identification à ce qui est observé, sans vouloir changer ce qui est observé, sans analyse sur le moment, avec tous les sens, précisément, le plus souvent possible)
  • a posteriori : l’analyse, la compilation des informations extérieures et encore l’analyse
  • la structure des paroles et des écrits
  • la prise de décision, les choix conscients
  • la re.prise de mon pouvoir personnel
  • le rappel de ma part de responsabilité dans tout ce que je vis (responsabilité versus culpabilité, que je considère maintenant comme une manifestation d’ego inversé, et donc bien comme de l’ego, qui recherche la victimisation)

Quant à l’ego, comment quelqu’un qui parle au « je » pourrait prétendre raisonnablement qu’il n’en a pas ? Vigilance. Il est là et en a le droit. Il a besoin d’être accepté, aimé, valorisé, encadré… comme un petit enfant capricieux… qui n’a pas à prendre toute la place (et en être instable et malheureux car il a besoin d’encadrement bienveillant et de limites pour le structurer).

Et je reviens à cette question : Peut-être existe-t-il des personnes qui n’ont pas de mental ?

Je peux imaginer que de telles personnes existent oui… et que la vie dans une société comme la nôtre ne soit pas aisée pour elles. Des personnes probablement marginalisées donc et qui peinent à trouver une place confortable pour elles, car nous ne parlons pas le même langage et ces personnes ne seraient pas formatables et on les croirait débiles en fait.

Oui je croise parfois des personnes qui ont un rythme de pensées… au ralenti voire disjoncté. En fait, probablement des personnes qui sont plus présentes dans les autres sphères : physique ou émotionnelle. Et ces personnes-là ne me liront pas, et elles n’ont probablement pas besoin, comme les personnalités intellectuelles, d’utiliser leur mental pour maîtriser leur ego ni pour sentir les informations subtils de l’Univers. Leur intuition est d’une autre nature ; néanmoins je pense que des personnes d’autres personnalités qu’elles peuvent les accompagner aussi, pour peu que ces accompagnant.e.s sachent se placer dans l’écoute, la communication intuitive…

Merci à elles d’exister aussi, pour rééquilibrer quelque peu notre monde d’intellos névrosés. Je vous soutiens aussi.

Oui nous avons besoin de notre mental (au moins les « nous » de personnalité intellectuelle). Nous avons besoin de notre mental à sa juste place : honoré de se poser au service de l’Être.

Ma conclusion, c’est la nécessité absolue de l’inclusion dans la bienveillance…

…et donc l’accueil bienveillant du manque de bienveillance… en proposant éventuellement du soutien à ceux/celles qui souffrent par manque de bienveillance justement.

Que recherchons-nous profondément ?

Mes réponses : la Paix, l’Amour, la joie, le bonheur, la connexion à la Nature, à la Vie…

Et vous ?

Et que proposez-vous pour aller vers vos aspirations ?

Pour ma part, j’essaie de :

  • mieux consommer (en conscience de ma part de responsabilité dans la pollution, la déforestation, la misère humaine et animale, l’agriculture contre-productive, etc),
  • de passer plus de temps avec mes enfants et mon chéri et les autres personnes qui me sont particulièrement chères,
  • de travailler sur mon sentiment de culpabilité,
  • de soigner mes pensées et sentiments (techniques de CNV et énergétiques, rituels…),
  • de me foutre la paix quand je n’y arrive pas… et de foutre la paix aux autres aussi quand ils ne répondent pas à mes attentes (souvent pas formulées en plus !)
  • etc.

Ah mon mental n’a pas de quoi s’ennuyer ! 😀

Et tous nos stages soutiennent l’Être à émerger, aussi en reconnaissant nos parts et processus, nos manques et nos besoins, nos émotions et nos pensées, nos douleurs et nos douceurs, notre puissance sous notre vulnérabilité, nos ombres dans notre lumières, notre lumière en latence sous nos ombres…
Un stage particulièrement adapté pour cette visite intérieure ? Rencontre avec l’Être.

Souriez ! La vie est belle !

Nelly

Les oeufs de yoni à vendre

Voilà les oeufs que j’ai à vous proposer en ce moment.
Tous ceux-ci sont moyens (ou moyens-gros), mais j’en ai aussi des gros et des petits. Demandez !
Quartz rose, quartz bleu, améthyste, cristal de roche, jade de Chine, serpentine jade de Chine, labradorite, pierre de lune noire, aventurine verte…
Tous les gros et moyens sont à 25€ et les petits à 15€. (Sauf les lapis-lazuli: 30€ le moyen présenté ici, 1 gros à 35€ et 2 en petits à 20€).
Prête à emballer vos commandes ! (Paiement par chèque, Paypal ou virement ; je viens à Toulouse mardi 11/12).
Au plaisiiir !
Nelly 06.51.02.08.16

Différences entre hommes et femmes

Dois-je encore m’en étonner ? 🤷‍♀️

Oui je suis (un peu) naïve… et je compte bien le rester suffisamment pour continuer de croire en le divin, le sacré, le merveilleux… en chacun et chacune
Une certaine naïveté oui, et en même temps une certaine clairvoyance.

N’empêche que c’est marrant (et pour moi, toujours étonnant) de constater la propension nettement sexuée à s’inscrire à un stage avec une thématique plutôt qu’une autre.
Je m’explique :
– pour le week-end prochain (1-2 décembre), « Tantra Ciel » : nettement plus de femmes inscrites que d’hommes
– pour le week-end suivant (8-9 décembre), « massages tantriques – module 2 » : nettement plus d’hommes inscrits
Un simple constat. Comment le traduire/comprendre ?
Du côté des femmes, plutôt une recherche de travail profond ? Et pour les hommes, le désir/besoin de rentrer dans davantage de corporel/toucher ? Ce n’est pas vraiment nouveau, dans la psyché humaine depuis des lustres (et même au niveau énergétique : plutôt du sexe au coeur pour les hommes, plutôt du cœur au sexe pour les femmes), et c’est ok : chacun.e assume ses désirs/besoins… et je trouve ça cool.
Merci d’être authentique avec ce qui t’habite et t’anime 😻

Là où je m’interroge, c’est s’il n’y aurait pas aussi une crainte/retenue de la part de nombreuses femmes, à participer à un stage plus impliquant physiquement ? Auquel cas, s’agit-il de : connaître ses propres limites et les poser, avoir confiance en l’homme, en l’inconnu, s’écouter et s’entendre au fur et à mesure des pratiques, se dire, oser changer d’avis, communiquer par tous les canaux, valider le consentement clair et réel, revisiter son rapport au désir et au plaisir…

Oui c’est vrai : les stages que nous proposons, c’est aussi du travail de la part de chaque participant.e !
Le plaisir y est invité à bras ouverts, mais encore faut-il savoir le recevoir vraiment (dans son corps, dans son coeur, dans son esprit, dans ses cellules, dans sa vie…) C’est de l’introspection accompagnée ; c’est oeuvrer à son propre épanouissement ; c’est re.connaître ses failles pour mieux les accepter et les vivre, jusqu’à ce qu’elles n’aient plus lieu d’être là…

Revenons à ces stages avec ces inscriptions.
Jusque là, les modules 2 et 3 de « massages tantriques » étaient en parité hommes-femmes. Eh ben j’ai l’impression que c’est du passé ! Et qu’il n’y a en fait pas de raisons valables (autres que les croyances et peurs égotiques) pour que cela reste le cas.
Du coup, j’ai demandé aux hommes en liste d’attente, si c’était ok pour eux de partager des massages entre hommes… et j’ai eu le grand plaisir d’obtenir surtout des « oui » clairs et francs (je précise que tous sont déjà venus à plusieurs stages avec nous). Cet enthousiasme à partager au-delà de toute attente sexuelle, me réjouit et donne espoir pour que les femmes puissent lâcher :
– d’une part, leur croyance d’être considérées comme des objets de désir ou de non-désir (ce n’est jamais le seul physique d’une personne qui fait, en stage, que les partenaires de pratiques sont attiré.e.s ou pas : c’est l’intériorité qui rayonne ou pas, l’état d’esprit, le comportement…)
– d’autre part, leurs résistances à croire que les hommes sont booons et aspirent aussi à se mettre au service de la Vie 🌺

Au plaisiiir de te recevoir bientôt si tel est ton désir !… et de t’accompagner dans la magie de la Rencontre d’être à être…

Namasté, belles et puissantes femmes 🙏
Namasté, beaux et puissants hommes 🙏

Tantra Sud-Ouest à Toulouse !

A Compans Caffarelli, dans une jolie salle, des espaces-temps en semaine pour mieux vivre la Relation (à soi, à l’autre, aux autres, aux éléments, aux événements…)

Pour tou.te.s : adultes responsables, débutant.e.s ou initié.e.s. C’est mixte : pour femmes, hommes, couples (mercredi 13 février soir, pour couples uniquement).
Seul prérequis : s’engager au cadre Tantra Sud-Ouest : respect de soi, respect de l’autre, confidentialité, respect de l’esprit des consignes (les précisions sont envoyées par mail).

Mardi 11 décembre 2018, de 14h à 17h : conférence-atelier « Toucher en conscience »

Mardi 15 janvier 2019, de 18h à 22h : accompagnement au massage tantrique (venir avec un.e partenaire de massage) (y compris 1h d’auberge espagnole)
(Massages sur matelas ou sur table : à réserver auprès de Nelly – pour 10€ de plus par binôme – si vous n’amenez pas le/la vôtre)

Mercredi 13 février 2019, de 14h à 17h : conférence-atelier « Consentement et choix, tout en douceur »

Mercredi 13 février, de 18h à 22h : conférence-atelier pour couples uniquement « Choisir la voie du Tantra en couple ? » (y compris 1h d’auberge espagnole)

Animation par Nelly

Tarif par atelier : 30€ par personne / 50€ pour un binôme (2 personnes inscrites en même temps).
Nombre de places limité.

Féminin – Masculin

J’ai envie de vous livrer où j’en suis maintenant quant à mon sentiment, ma vision, ma perception des archétypes Féminin et Masculin.

Probablement, je n’invente rien.

Probablement aussi, des tas d’autres façons de perce.voir ces Energies co-existent, et c’est parfait ainsi : la Vérité est polymorphe et multidimensionnelle, et son intégration un peu plus globale se fait/vit par l’ouverture à d’autres points de vue, différents et complémentaires.

A mon sens, le Féminin représente aussi bien le Feu que l’Eau et la Terre ; le Masculin figure le contenant, la structure, la mise en forme, l’encadrement, l’axe, le pilier… et ses éléments sont l’Air et l’Ether.

Ils sont intrinsèquement interdépendants : l’un n’existe pas sans l’autre ; l’un pénètre et est pénétré par l’autre ; le germe de l’un rend l’autre possible/existant.

C’est ainsi que le sens le symbole du Tao : Yin/Yang : parfait, limité et illimité dans ses limites.

Le Féminin représente le Tout, l’Amour, l’infini, l’énergie, la source de Vie…

Le Masculin est la Conscience, le cadre (physique et temporel), ce qui donne au Féminin s

du concret, du réel, du sens, une direction, au service de la Vie, de l’Amour, du Grand Tout…

La Déesse qui jaillit, qui s’écoule, qui se diffuse, qui enfante toujours plus, qui offre…

Le Dieu qui nourrit par la contrainte illusoire, qui donne une structure qui induit la forme de base autour de et en laquelle la créativité devient création, avec de la clarté et du sens, dans une matière maîtrisée pour la révéler encore plus à elle-même… et au plus petit qu’elle et au plus grand qu’elle.

Shiva, alliant ces 2 polarités – Féminité et Masculinité – autant force de création que de destruction, de nouvelle création…

Shiva aussi représenté avec Shakti, ce qui peut être interprété aussi comme maître et disciple, où l’on ne sait plus vraiment qui est le maître et qui est le disciple,

d’une part car le savoir, la connaissance n’ont de sens qu’en étant mis au service, et que cette mise au service donne sa mesure et son expansion à l’intelligence autant qu’à l’intuition,

d’autre part car l’Enseignement n’est jamais fini et se fait en collaboration avec d’autres, partenaires-miroirs et qui reflètent autant les pleins que les vides, les facilités que les difficultés du moment, et dont la présence aide à remettre de la conscience sur le chemin parcouru et sur le prochain pas à vivre pour prolonger l’aventure…

Belle vie, chaque jour, chaque instant… dans la magie de l’Alliance, de l’Union, du Tantra !

Namasté

Nelly

Ce que m’apporte le Tantra ?

Afin de répondre à un questionnaire

pour une thèse sur l’approche socio-anthropologique du néo-tantra en France, j’ai listé rapidement ce que m’a apporté (et continue de m’apporter) le Tantra :
 
Positionnement dans l’authenticité (tant qu’à vivre, autant vivre vraiment sa propre vie et ne pas se militer aux masques, à la surface) et l’ouverture (à soi, aux autres, à la vie, aux possibles).
Non-jugement, acceptation sans soumission et soumission au Divin, détente, confiance de fond (tout en conservant la vigilance).
Communication à différents niveaux, plus de conscience des interrelations, plus de clarté. Perceptions accrues (sensibilité et non sensiblerie) et soins profonds, jusqu’à la guérison émotionnelle, psychique et physique.
Apprentissages permanents, adaptabilité, fluidité tout en étant avec le cadre et l’axe.
Gratitude, joie de fond (même dans les épreuves).
Ma place du moment dans le flux de ma vie, renouvellement permanent.
Patience et délicatesse. Force et tendresse. Fierté et humilité. Marier ce qui me semblait des opposés.
Rencontre avec d’autres dimensions de l’Humain, de la Vie.
Mise au service du bon/bien commun, en me respectant, sans esprit de sacrifice: parce que tout est lié.
Gestion des priorités (pour moi, encore et toujours en me requestionnant et en tâtonnant).
Pratiques du quotidien (à chaque instant en fait : tout vivre dans un esprit méditatif).
Conscience de ma responsabilité dans ce que je vis, et de ma puissance.
Respiration, relaxation. Sourire intérieur (avec/à l’extérieur, c’est plus facile).
Connaissances sur le fonctionnement humain et les soins utiles et/ou nécessaires.
Intégration de la dimension sexuelle de l’humain et de ce qu’elle signifie.
Développement énergétique, début de déploiement spirituel.
Bien-être relationnel et sexuel, plaisirs insoupçonnés.
Partages plus conscients et plus nourrissants, avec mon chéri, mes enfants, les humains que j’aime et ceux que j’ai plus de mal à accepter/comprendre/aimer (j’y travaille aussi), les animaux, les végétaux, les minéraux, les éléments, les événements…
Relation vivante avec mon chéri, avec conscience de ce qui se joue dans la fusion, la défusion, l’indépendance, l’interdépendance, la co-dépendance, l’anti-dépendance… Requestionner souvent la relation et se réajuster après un nouveau choix conscient. Refuser une relation bancale, insatisfaisante, pompante, stressante… tout en se donnant les moyens de faire vivre la relation si les partenaires sont partants.
Réconciliation avec les hommes et avec les femmes.
Réconciliation avec ma mère et mon père.
Savoir demander de l’aide, du soutien. Savoir attendre et savoir ne plus attendre.
Voir l’Être au-delà de la personnalité et de l’âge dans cette vie, respecter, honorer. Namasté.
Douceur/indulgence avec moi-même et avec les autres (prise de conscience : que c’est à moi de m’occuper de moi et de mon incapacité à donner aux autres ce que je ne sais pas recevoir, de moi-même en particulier).
Travail sur la culpabilité, encore présente et qui crée de « drôles » de situations/épreuves de vie. (C’est quoi le contraire de la culpabilité ? Je dirais : l’humilité, l’indulgence/la délicatesse envers soi, la conscience que chacun.e n’a qu’une toute petite part de libre arbitre et que chacun.e fait de son mieux du moment, que c’est maintenant que j’ai le pouvoir de changer l’impact du passé, le travail personnel et spirituel sans croire que l’on vaut mieux ou moins que l’autre).
Lâcher-prise sur des résultats attendus, confiance que ce qui est doit être.
Goût de l’effort, acceptation de la souffrance éventuelle. Compensation de mon karma. Les pratiques tantriques, c’est une ascèse : pas uniquement parce qu’on a envie de faire ceci ou cela avec telle personne (le désir est respecté mais il n’est pas le maître).
Ecoute intérieure (qui se manifeste aussi à l’extérieur).
Equilibre (en particulier Masculin/Féminin) en constant réajustement.
Sensation de vivre véritablement et intensément le moment présent, aux sens de ce qui est là et de cadeau (et non de seulement survivre, en attendant autre chose).
De belles rencontres (en premier, avec moi-même, puis avec de nombreuses manifestations de parts de moi). (Parfois l’impression d’un certain égocentrisme, mais il y a tant de réalités créées par des changements intérieurs !)
De belles co-animations. La chance de co-animer avec Richard depuis 4 ans et demi.
Dépôt de mes anciennes croyances et de certains schémas de pensées inadaptés.
Création d’un nouvel univers intérieur (et l’extérieur suit naturellement).
Oser. Oser me laisser être moi-même. Oser dire. Oser faire. Aller au-delà de mes peurs primaires et mieux jouir de la vie au quotidien.
 

Et toi, qu’est-ce que le Tantra t’apporte ? Qu’est-ce que tu en attend/espère ?

Pour ne pas avec le sentiment de subir sa vie, pour vraiment la vivre, il est important de connaître et manifester aux bonnes personnes (à ceux.celles qui savent écouter) : ses aspirations et ses objectifs (à long terme, à moyen terme, à court terme).
 
Au plaisir de recevoir ceux et celles qui le souhaitent à un prochain stage « Tantra : voie de l’Amour et de la sexualité sacrée » !
 

Toutes nos dates

(Stages mixtes : femmes, hommes, couples) jusqu’à fin 2018, à Martres-Tolosane (45mn au sud de Toulouse) :
– samedi 27 et dimanche 28 octobre : « Masculin-Féminin : détente et ré.conciliation »
– samedi 3 et dimanche 4 novembre : « T Coeur », principalement sur les chakras 3 (Plexus solaire) et 4 (Coeur)
– samedi 17 et dimanche 18 novembre : « Tantra et massages : accueillir et transcender les émotions »
– samedi 1er et dimanche 2 décembre : T Ciel », principalement sur les chakras 5 (Gorge) et 6 (Front, 3ème oeil)
– samedi 8 et dimanche 9 décembre : »Massages tantriques – module 2″ (uniquement après avoir participé au module 1)
 
Belle journée de début de week-end !

Pensée du jour – Bonjour !

Je vois écrit : « Occupe-toi de toi-même sans culpabilité » … et je suis d’accord !

Ouiii !! Mais en positif, ça donne quoi ?
(Mieux vaut éviter la forme négative pour avancer vers le juste, plutôt que de rester dans l’attachement à ce qui ne convient plus).

Difficile pour moi de trouver une phrase simple et concise; on y travaille ensemble ?

Ma proposition de départ:
« Prendre soin de toi doit être ta priorité.
C’est aussi une chemin d’humilité (reconnaître tes besoins),
de responsabilité (c’est à toi de te prendre en charge)
et d’ouverture (si tu ne reçois pas, tu ne peux pas réellement donner).
Sois serein.e avec cet ordre naturel,
tout en restant conscient.e que tu fais partie de nombreux systèmes
qu’il convient de servir
aussi par ton ajustement et ton nourrissement intérieur. »

Oh que oui : c’était loonnng!

Alors sans les explications, ça donne ça :

« Prends soin de toi en priorité,
car ainsi tu peux être
clairement et efficacement
au service de tes valeurs,
de l’Amour, de la Vie ! »

Osho proposait cet exercice qui consistait à s’écouter et s’occuper de soi comme d’un dieu ou d’une déesse, à ramener du sacré dans chaque geste du quotidien, dans chaque pensée, dans chaque émotion ou sentiment, dans chaque instant … de se considérer avec le plus grand respect, de jouir de l’honneur de prendre soin de cet être divin.

Enjoy !
Profiiite !!
(Personne ne le fera pour toi)

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !