Nos dernières actuaLités

Tantra et Chamanisme : ressemblances/différences

Je ne suis certes pas habilitée à vous parler de Chamanisme ni même de Tantra : ces mots proviennent de cultures si différentes de notre Occident… et de façons radicalement divergentes/complémentaires d’envisager la vie et les relations dans le vivant.

Donc clairement je ne revendique rien par rapport à ces mots spécifiques et à leurs énergies originelles.

A la rigueur, je serais plus capable de vous parler de néo-tantra et de néo-chamanisme, mais là encore il y a tant de façons de perce.voir ces enseignements…

Pourtant ce sont les mots que je choisis pour vous partager nos propositions et vous y attirer, car d’une part ce sont ceux qui me viennent quand je me connecte à ce que nous créons/transmettons et ce sont ceux que vous connaissez pour décrire ces énergies.

Donc au-delà de la substance et du subtil dont sont faits le Tantra et le Chamanisme à la base, et que je respecte profondément bien que j’aie le sentiment de n’y avoir qu’un accès très limité (aussi par choix de ma part), je ne vous parle ici que de quelques éléments concrets en rapport avec nos propositions.

(Et je parle au « je » car je ne souhaite engager personne dans ma façon de perce.voir ces thèmes : libre à chacun.e d’en avoir sa propre opinion, de sentir comment l’avis de l’autre résonne pour soi, de de laisser évoluer son point de vue pour qu’il englobe une plus grande part de vérité…)

Quelles ressemblances entre Tantra et Chamanisme :

  • Conscience que l’humain n’est pas uniquement une enveloppe corporelle mortelle,
  • Conscience que le monde et le cosmos sont bien plus
  • Conscience que nous faisons partie du Grand Tout, que nous en sommes des reflets, et que ce qui change en nous provoque des changements au-delà de nous
  • Conscience de l’interdépendance de êtres vivants
  • Mouvements, sons, voix
  • Accueil de ce qui est, écoute de ce qui est présent
  • Expression, créativité
  • Importance des sens et des perceptions extra-sensorielles
  • Esprit méditatif
  • Fraternité / Sororité
  • Respect du vivant, de soi, de l’autre, de la parole de l’autre…

Et maintenant, les différences… en tenant compte que lorsque je parle de dissemblances, il s’agit toujours dans mon esprit de complémentarités et non d’oppositions réelles : ce n’est qu’en se limitant à la binarité/dualité qu’on ne perçoit pas qu’au-delà des différences apparentes, toujours des liens existent, se tissent, parlent, se mobilisent, permettent des passerelles, peuvent être soutenus dans l’amour de l’être…

Ce qui fait partie de notre Tantra (celui de Tantra Sud-Ouest ; nous n’avons pas le monopole de ce qu’est le Tantra et chacun.e peut l’interpréter à sa façon) et pas du Chamanisme :

  • La sensualité méditative, sans sexualité
  • Les massages, les touchers en conscience en suivant des consignes
  • Le travail avec/sur l’énergie sexuelle et l’éveil de la kundalini (méthodes différentes qu’en Chamanisme, mais je pense que l’extase est accessible par ces 2 biais)
  • La nécessité du cadre auquel chacun.e s’engage (règles de conduite valables pour tou.te.s) afin d’assurer la sécurité et permettre la confiance et le lâcher-prise
  • Certains rituels
  • Techniques, méthodes (respirations, mouvements, sons…)

Ce qui fait partie du Chamanisme et pas habituellement de notre Tantra :

  • Les cercles de tambours et autres instruments (spécialités d’Alain Désir)
  • La danse sacrée (spécialité de Cindy-Rose Lambert)
  • Des rituels en extérieur, en honorant les directions et les éléments
  • Des pratiques de rêves accompagnés en musique
  • La recherche et l’accompagnement avec les esprits-animaux

J’ajoute que je suis une formation avec un homme-médecine amérindien (www.mushum.com)

J’en ai compris que les hommes-médecine et femmes-médecine ne sont pas des chamanes : il s’agit de fonctions très différentes.
En réalité, les chamanes sont en contact direct avec les énergies subtiles (ils peuvent prendre des substances pour cela) et cela nuit à leur santé et à leur connexion à la Terre-Mère, alors que les hommes et femmes-médecine sont en lien permanent avec la Mère-Terre. Ces derniers la vénèrent, l’écoutent, la soignent et prennent soin de ses enfants en lui envoyant au recyclage tout ce qui nuit à la santé ; le flux est permanent avec Elle.

En fait, lorsque je parle de Chamanisme, c’est plutôt dans cette attention et cet ancrage profond des hommes et femmes-médecine, et aussi avec la connexion au Père-Ciel, aux énergies célestes et cosmiques qui sont le parfait complément aux énergies telluriques.

Ma vision, partagée par quelques milliards d’humains sur Terre, c’est que les humains, nous sommes des êtres incarnés dans ce monde, mais nous ne sommes pas de ce monde : notre âme est venue vivre ici-bas des expériences susceptibles de la faire grandir… et à la mort du corps physique, l’étincelle repart…

Tantra et Chamanisme, comme bien d’autres pratiques, nous permettent de nous sentir plus vivants, incarnés (et respectueux de notre corps), importants (chacun est le centre de son propre monde), joyeux, chanceux, partie prenante dans nos vies, plus responsables (et non plus victimes), plus libres aussi, davantage en lien avec les autres (hommes, femmes, enfants) et aussi avec tous les êtres vivants (dont nous apprenons à sentir la vie et les messages également)…

Ce sont des chemins d’humilité : tout est toujours à ré.apprendre, à re.considérer, à re.jouer, à lâcher, à soigner…

Ce sont des chemins de fierté : chaque jour, se sentir à sa juste place et capable de faire un pas de plus…

Ce sont des voies d’Amour : l’énergie dans/derrière/mêlée à toute vie, toute création, toute émotion, toute relation, tout besoin, tout élan…

Nul prérequis pour pouvoir participer à ce stage : si tu y es attiré.e par cette proposition, c’est que c’est pour toi maintenant ! Tu y seras accueilli.e tel un frère ou une soeur de passage, avec qui nous avons chacun.e à partager avec bienveillance, délectation, profondeur, élévation… selon ce qui est présent à ce moment…

Namasté

Aho

Nelly

Tantra et sexualité

En Occident et de nos jours, l’on pratique des Tantras très différents de l’origine : autre époque, autre lieu, autre psyché, autres coutumes, autres droits et devoirs, autres besoins, autres façons de rentrer en interaction… Et lorsque nous nous débattons dans l’inconscience de ce que nous sommes, nos désirs sont souvent induits plutôt par la publicité/les croyances et addictions créées pour nous avilir, nous manipuler… que naturellement venus de notre intériorité pour nous amener à nous relier, grandir, avancer sur notre chemin de vie, sur notre voie de pouvoir personnel, de puissance, de paix, d’harmonie, de joie…

Si bien que même nos désirs sexuels sont souvent galvaudés : pas véritablement en lien avec ce qui est amour, partage, échange, détente, communication, sensualité. A tel point que le plaisir lui-même est souvent, pour beaucoup, absent ou fugace, incomplet, avec un goût de manque, une insatisfaction… pour l’un.e des partenaires voire les deux (car le plaisir n’est total que lorsqu’il est partagé, au coeur de la relation).
Et c’est quelque fois l’engrenage de la simulation, pour faire plaisir à l’autre en valorisant son ego et pour être tranquille avec son manque, son inquiétude de ne pas pouvoir/savoir, d’être anormal.e… Car une étape est très utile à la relation sexuelle épanouissante : aller se rencontrer soi-même, se respecter, s’aimer, s’apprendre et, par la suite, pouvoir transmettre les clés de son plaisir à son/sa partenaire, dans un esprit d’expérimentation, de méditation, de jeu, de partage sans jugement ni pression. Faire l’amour, ce peut être juste rester sans bouger, en présence à soi et à l’autre… et laisser faire l’amour !

Oui faire l’amour, ça s’apprend… et pas dans les films pornographiques !
Là, les hommes et les femmes sont réduits à des objets de désir et de plaisir : pas de connexion, de Sacré, de Relation… et les êtres sont dénutris, affamés. L’addiction à la pornographie fait des ravages dans les esprits, les coeurs, les relations ; ça se soigne ; ça se guérit.

Le Tantra, ce sont des méthodes, des techniques à vivre, et chacun.e en tire ses propres conclusions. Ce processus ne passe pas forcément par l’analyse : le mental peut juste servir à observer ses propres sensations, émotions, sentiments, pensées, ce qui se vit à l’extérieur aussi… à ce moment-là et dans le déroulement. S’habiter pleinement est nécessaire pour être vraiment en relation avec l’autre.

La sexualité a tout à fait sa place dans le Tantra.
Je dirais même qu’en Tantra tout est lié à la sexualité, dans le sens de relation intime au corps dans tous ses aspects (y compris subtils), à ce qui est, vit, change… Quant à la sexualité en tant que relation sexuelle entre deux humains, il s’agit de la vivre dans la complétude, l’absolu, en connexion, en conscience, au-delà de la pulsion qui cherche l’assouvissement (manque/besoin), des habitudes/mécanismes, des croyances, de l’attente envers l’autre, de l’attente pour l’autre… Elle accueille et honore les êtres et la Vie, et permet une co-création qui va bien au-delà de l’un et de l’autre. C’est un chemin qu’il convient de respecter, et pour cela chacun.e a à évoluer personnellement, à nettoyer sa psyché, à se compléter dans ses polarités (Union en Soi)… afin que l’Union avec l’Autre déploie et libère l’énergie créatrice et vitale, irrigue chaque cellule, irradie dans l’infiniment petit et immensément grand…

Donc « pas de relation sexuelle excitatoire » en stage Tantra, ça a du sens : accueillir son désir et/ou celui de l’autre sans disperser cette fabuleuse énergie. Communiquer vrai, ré.apprendre l’Amour et l’humour aussi : merveilleux facteur de détente, de jeu, de relativisation, de gestion de l’ego, de communication à différents niveaux…
Savoir rire de soi, c’est d’ailleurs un bel atout en relation et en sexualité ! Non pas se moquer mesquinement, mais perce.voir nos propres lacunes avec tendresse et comme autant de cadeaux qui nous permettent de mieux être et cerner l’humain.e, parfaitement imparfait.e, ce qui lui donne une multitude d’axes pour jouer sa vie et faire des choix.

Il est temps de choisir réellement de vivre sa sexualité épanouissante (et non d’essayer de rentrer dans une norme illusoire ou les convenances de l’autre). Vivre son épanouissement sexuel, c’est évolutif, et il est nécessaire de s’écouter pour s’ajuster à notre vrai besoin du moment.
La sexualité peut se vivre avec contact physique (même sur la main ou la nuque par exemple, ou uniquement sur le sexe : tout est possible) ou sans contact physique (l’intensité d’un regard ou des oeillades, pratiques respiratoires, mantras…), avec soi-même pour partenaire (en cherchant du plaisir ou juste en s’admirant, se câlinant, en s’entrainant à s’aimer…) ou avec un.e partenaire, pour une pratique ou des années…

Et comme dans toutes pratiques en conscience, certains ingrédients sont nécessaires : présence et lenteur. La lenteur, ça ne veut pas dire qu’il faut toujours faire/agir à la vitesse de l’escargot : ça signifie être à l’écoute de son rythme du moment, du rythme de l’autre (si c’est à deux) et choisir (ensemble) ce que l’on a envie de se proposer de vivre, en se détendant sur le résultat : c’est le chemin (la vie) qui est important.

Enjoy !

A Toulouse !

A Toulouse-même, des ateliers de 3h pour nous/vous rencontrer et viiivre l’instant présent :

A Toulouse : « Consentement, regard et toucher » (femmes, hommes, couples, tous niveaux)

Mercredi 13 février, de 14h à 17h (accueil dès 13h40)
Par Nelly
Lieu: Toulouse Compans Caffarelli
Tarif : 30€ / 25€ par personne si inscription à 2 ou plusieurs

A Toulouse : Tantra pour couples (couples, tous niveaux)

Mercredi 13 février, de 18h à 22h (accueil dès 17h40)
Par Richard et Nelly
Lieu: Toulouse Compans Caffarelli
Tarif : 50€ par couple (hétéro ou homo, avec une notion d’engagement)

A Toulouse : « Être et toucher en conscience » (femmes, hommes, couples, tous niveaux)

Vendredi 15 mars, de 14h à 17h (accueil dès 13h40)
Par Richard et Nelly
Lieu: Espace Allegria – 110 rue Achille Viadieu – 31400 Toulouse
Tarif : 30€ / 25€ par personne si inscription à 2 ou plusieurs

D’autres dates pourront être proposées par la suite, en fonction des demandes et du succès rencontré à Toulouse.

Inscriptions auprès de Nelly : 06 51 02 08 16 / nelly.germain@sfr.fr

Au plaisir !

Nos stages pour f’âmes

Voici la liste de nos stages pour f’âmes (âmes incarnées dans un corps humain muni d’un sexe féminin, quelques soient leur genre ou leur orientation sexuelle),
à Martres-Tolosane (45mn au sud de Toulouse),
dans le respect du rythme de chacune :

Femmes tantriques : re.liées, créatives, libérées !

Dimanche 10 février, de 10h à 18h (80€)
Par Yulia Huppert (art-thérapie) et Nelly

Femmes tantriques : ancrées, alignées, reliées, connectées, sources…

Samedi 13 avril 10h à dimanche 14 avril 18h (160€, nuit comprise)
Ou de samedi 13 avril 10h à mardi 16 avril 17h (320€, nuits comprises)
Par Nelly (avec une co-animatrice en fonction du nombre des participantes)

Festival autogéré « Filles de la Terre »

De samedi 15 juin 10h à dimanche 16 juin 19h (60€, nuit.s comprise.s)
Ou de samedi 15 juin 10h à mardi 18 juin 17h (100€, nuits comprises)
Organisation de base par Nelly, puis chacune y met son énergie/empreinte.

Inscriptions auprès de Nelly : 06 51 02 08 16 / nelly.germain@sfr.fr

Possibilité de prévoir une journée en semaine si cela vous intéresse/arrange : en parler à Nelly pour définir une date et on lance la proposition !

Et bien sûr, les f’âmes sont aussi les bienvenues à tous nos stages mixtes : http://www.tantra-sudouest.com/stages/les-stages-mixtes/

En toute sororité

Résilience

Re.trouver le sens de sa propre responsabilité, c’est se donner la chance de rentrer dans son pouvoir personnel, dans sa puissance, dans la conscience d’être et d’être en lien, à chaque instant…

La vie est trop courte pour la gâcher à râler, pleurnicher, souhaiter du mal à autrui, se sacrifier, essayer de payer de soi-disant péchés par la souffrance (et du coup les faire payer/porter à son entourage aussi), vouloir/attendre que l’autre change, croire que tout y ira mieux et qu’on pourra être heureux.se quand…, etc.

Résilier, c’est se laisser traverser par le flux de la vie, en jouir à chaque instant (sans juger ni critiquer)… et de là être capable de poser des actes conscients, d’Amour, ancrés dans la réalité, avec confiance et en sachant réajuster…

Et j’ai envie de rebondir à propos d’un enseignement et de sa lecture/compréhension :
A propos du karma : loi de cause à effet, que l’on interprète aussi souvent comme étant ce avec quoi on arrive sur Terre et que l’on a à compenser pour s’éveiller, être une bonne personne, devenir bienheureux.se… et mettre fin au cycle de la souffrance terrestre. Il y aurait du bon karma (les bonnes actions, les bonnes pensées… des vies précédentes) et du mauvais karma (les actes répréhensibles, qui ont causé du tord ou de la souffrance à autrui, et qu’il s’agit de contrebalancer dans cette vie, et si j’ai bien compris ce serait même pour cela que l’on continuerait de se réincarner et de supporter les difficultés liées à la chair…)
Pour compenser le karma, il y aurait 2 possibilités : la souffrance et l’effort.
A mon sens, c’est comme toute vision/proposition : avec du vrai et entendable à différents niveaux. Mais les interprétations intellectuelles et péremptoires sont souvent source de manquement à l’essence/l’esprit des paroles et de manipulation des masses (en prenant le pouvoir sur les autres, en leur faisant croire que l’on sait mieux qu’eux.elles ce qu’ils.elles devraient faire… bref en profitant de la bonne volonté et de la crédulité des personnes qui ne savent plus se connecter à leur Source, leur Divinité Intérieure, au Grand Tout…)
En effet, on peut s’en tenir à la croyance (vachement épanouissante !) que « je suis quelqu’un de bien puisque j’ai mal » ou « c’est l’autre qui est mauvais puisque c’est moi qui souffre » ou encore « mon labeur quotidien fait de moi une bonne personne qui a tout compris à la vie », etc.
Mais comme tout ce qui s’écrit ou se dit en matière de spiritualité, il s’agit de paraboles, de représentations, de parties de Vérité… et c’est en son propre coeur (siège de l’âme) que l’on peut aller chercher, que l’on peut recevoir l’essence/la substantifique moëlle de ces paroles, pour soi-même : certainement pas en se limitant à une compréhension intellectuelle et binaire (bon/mauvais).

Néanmoins, je ferais l’apologie de l’effort conscient.

Car j’estime fondamental de trouver et donner du sens à sa vie sur Terre, et pour cela de chercher/trouver ce pour quoi l’on est fait.e… et se ré.ajuster au fur et à mesure, car probablement nous ne sommes pas fait.e.s pour vivre la même expérience de la même façon à 20 ans, 40 ans, 60 ans ou 80 ans. C’est le grand chemin personnel, où l’on est soutenu.e par la Vie à chaque pas… et l’acceptation/la résilience rend ce chemin si magique, merveilleux, renouvelé et multidimensionnel…
Il s’agit donc de contacter l’Être en Soi et d’agir depuis cet espace, et d’accueillir avec gratitude tout le travail de chacun.e et toutes les indications de la Vie, et tout ce que je sais recevoir, et tout ce qui me propose de grandir/de m’élever en me confrontant à mes limites…

Être utile, c’est avant tout être… mais c’est aussi agir…

Et l’utilité de chacun.e ne se mesure certes pas, et d’autant moins en argent.
L’utilité de chaque individu, c’est d’être à sa juste place dans chaque moment de sa vie : être ancré à la Mère-Terre, être aligné dans ses centres, être en lien avec Père-Ciel… savoir attendre, se re.poser, se détendre, recevoir, offrir, s’ouvrir à l’intuition, laisser émerger sa créativité, avancer en confiance, se laisser être soutenu sans attendre que l’autre fasse tout, utiliser ce que l’on sait/sent, etc.

Enjoy !

Namasté 🙏

Nelly

Tantra blanc et Tantra rouge

Une question qui revient souvent : pourquoi parle-t-on de différents Tantras ? D’autres couleurs sont aussi citées (noir, rose… et en fonction des couleurs des chakras), mais il s’agit là des principales : le Tantra blanc et le Tantra rouge. Rapidement et simplement, avec mes mots, ma vision et mes connaissances à ce sujet, voici une façon d’appréhender ressemblances et différences…

Similarités entre les Tantras (blanc et rouge, tels que je les connais) :

  • voies de développement personnel et spirituel
  • cadre de bienveillance, de respect, de liberté individuelle
  • désir d’accueillir les individus où ils en sont, et de les accompagner en respectant leur souhait et leur rythme
  • mobilisation de l’énergie sexuelle comme énergie de base nécessaire au déploiement de l’être humain
  • pratiques corporelles et énergétiques
  • esprit méditatif, conscience posée sur ce qui se passe en soi (corps, coeur, esprit)
  • co-création de l’énergie du groupe, porteuse d’évolution et différente à chaque fois
  • certes une philosophie derrière, mais qui vient des pratiques
  • pratiques respiratoires, posturales, contacts physiques, rituels
  • le corps est honoré
  • le mental est mis au service de l’être
  • l’ego est visité et re.mis à sa juste place, pour laisser de la place à la relation authentique et au développement spirituel
  • pas de dogme auquel se soumettre : chacun.e porte la vérité en lui/elle, et les pratiques soutiennent les personnes à re.trouver leur pouvoir personnel, à se découvrir et à vivre en fonction de son intériorité
  • sens de la relation : (se) respecter, (s’)accueillir, (s’)accepter, (s’)aimer
  • méditation, vivre l’ici et maintenant, la vie est un/au présent

Ce qui est spécifique au Tantra blanc :

  • socle de Kundalini Yoga
  • longues phases de Mantras
  • vêtements blancs (souples et confortables)
  • il me semble : des pratiques codifiées, qui doivent être proposées d’une certaine façon, sans laisser toute la liberté aux animateurs.trices
  • très peu de maîtres formés et autorisés à proposer du Tantra blanc

Ce qui est spécifique au Tantra rouge :

  • possibilité de nudité (et même de propositions ritualisées en ce sens)
  • possibilité de massages nus, englobant le sexe (sans recherche d’excitation, avec mobilisation et répartition de l’énergie)
  • accompagnement à la Sexualité Sacrée
  • vêtements souples et confortables
  • à mon avis : la co-création permanente du stage, en fonction de l’énergie qui se déploie
  • pas d’école.s reconnue comme étant la/les seule.s possible.s (et cela n’aurait pas de sens : à chacun.e son Tantra rouge !)

Ce que l’on peut retrouver dans deux, en fonction des animateurs.trices :

  • alimentation végétarienne, sans alcool (parfois sans gluten ni lait de vache ni sucres raffinés)
  • parfois, en fonction du travail envisagé, alimentation frugale
  • conscience des addictions (sans jeter la pierre, bien sûr, mais certaines sont incompatibles avec l’esprit et les pratiques)
  • sur plusieurs jours, les journées peuvent commencer tôt par une méditation ou du yoga, et terminer tard
  • de nombreuses pratiques et de nombreux rituels

Au-delà de ces différences et similitudes, c’est surtout l’esprit des animateurs.trices, dans lequel vous vous re.trouverez… ou pas vraiment. Il s’agit donc avant tout de s’écouter, d’écouter et entendre ce que dit ton corps, ce que

Par quoi commencer ?

Concernant l’avis de Sharabi (Ecole du Tantra, à Juillac 33) : « Le Tantra Blanc prépare au Tantra Rouge », oui je suis ok et je cherchais justement où envoyer les personnes qui ne sont pas encore prêtes à avancer plus profondément dans la « voie de la main gauche » (autre nom du Tantra rouge), car une limite est atteinte et un nettoyage/changement intérieur est nécessaire. Cela peut souvent être travaillé en thérapie individuelle mais ce n’est pas forcément suffisant : parfois les barrières sont trop hautes ; l’ego ou l’anti-ego, tous deux menteurs et limiteurs, sont trop forts. Et j’ajouterai que, selon moi, le Tantra Rouge prépare au Tantra Blanc, car il s’agit de voies complémentaires et qui s’entrelacent et célèbrent les mêmes valeurs (Amour, respect, liberté, créativité), par des pratiques certes souvent différentes mais avec un esprit commun. Les passerelles sont là, pour ceux et celles qui souhaitent les emprunter, en se laissant guider par le désir de leur être, de leur cœur, de leur corps, de leur esprit… car en fait, durant la vie terrestre, c’est du « tout en un ». C’est une leçon fondamentale du Tantra : le corps sait. Et me concernant, c’est après 7 ans de Tantra Rouge que j’ai été prête à un stage de Tantra Blanc. Et encore : pas un stage intensif de Kundalini Yoga / Mantras. Ce n’est pas ma voie du moment.

A chacun.e son processus !

Namasté Satnam

Les centres de l’humain.e

Se mettre d’accord avec soi-même, cela se fait aussi avec et par le corps: il est nécessaire d’être dans le senti et le ressenti pour (le) communiquer, d’où l’importance de la parole, même de soi à soi, même par écrit : nos mots/maux parlent de nous, de notre présent et de nos besoins/désirs/objectifs/aspirations.
De là, des choix concrets et porteurs d’épanouissement, de bonheur, sont possibles.

Plusieurs façons d’appréhender les 3 centres/plans de l’être humain :

– physique, psychique, spirituel
– corps, coeur-âme, esprit
– sexe, coeur, tête (avec l’âme et l’esprit dans chacun de ces centres)
La vérité est si vaste… et si peu accessible à l’intelligence humaine…
Au moins, aimons-nous nous-mêmes et vivons de notre mieux, en phase avec ce que nous sentons adapté à nos désirs profonds !

En 2019, un regard neuf !

Mon voeu pour l’humanité en 2019, un regard neuf !

Que le regard de chacun.e sur le monde soit aussi renouvelé, émerveillé, amoureux… chaque jour, tout neuf !

Nombre 3 : le triangle, une forme particulièrement stable et parlante.

Le triangle est un symbole qui représente aussi bien le Féminin que le Masculin. C’est aussi une porte, un passage multidimensionnel… simple et ouvert…

Le 3, pour moi, c’est le triangle de l’Union, de l’altérité, de la conciliation (qui émerge de la force d’affirmation mise en confrontation avec la force de négation), de l’alliance corps-coeur-esprit. Il me renvoie à l’Amour, la co-création, la formation d’une valeur/dimension supérieure (ou plutôt de la prise de conscience : elle était déjà là mais on n’y avait pas accès)… C’est aussi la possibilité d’accélérer son propre processus d’évolution et d’aller résolument vers ce qui est profondément désiré, dans le coeur-âme, vers ce dont nous avons vraiment besoin pour être heureux.se.s.

A la fois doux et fort, protecteur et incisif, vigoureux et immobile. Ses dimensions sont multiples, accessibles selon son état d’être : 2 ? 3 ? plus ? une infinité ?

Le passage de l’opposition à la complémentarité : la dualité transcendée.

J’entends aussi la nécessité d’être, en confiance, de prendre sa place paisiblement, en continuant son processus personnel de re.conquête de son pouvoir personnel : avec soi-même et sur ses parts d’ombres, en les reconnaissant aussi. Continuer de s’explorer sans s’exploiter, se respecter sans orgueil, être fier et humble, jouer et s’impliquer…

Féminin – Masculin – Union
Affirmation – Négation – Conciliation
Culpabilité – Responsabilité – Liberté
Dualité – Inclusion – Complémentarité
Dépendance – Anti-dépendance – Reliance
Dépendance – Antidépendance – Transcendance
Un – Deux – Infini
Et tant d’autres… Ecris ton histoire !

« Les opposés deviennent des complémentarités, lorsque je choisis l’Amour, l’inclusion, le respect, la liberté, la fraternité, l’Unité dans la multiplicité. »

Nelly

Retour de mon stage-cadeau de Noël

Pour conclure cette année 2018, pleine de rebondissements, j’ai été attirée pour aller vivre un « Tantra Rencontre » à l’Ecole du Tantra, près de Bordeaux.
Grosso modo, il s’agit d’un stage de Tantra Blanc à visée thérapeutique.
C’était waouh !

La journée commence chaque matin avec réveil à 6h et douche froide, puis Kundalini Yoga.
Une semaine intense, rythmée par des Mantras, du Karma Yoga, le grand tour de cercle (parole de chacun.e), les délicieux repas végétariens, des pratiques étonnantes et profondes.
Tout cela dans un cadre bienveillant, sécurisant et stimulant.
Avec des animateur.trices dans le cœur et compétents, suppléés par une équipe de co-animateurs.trices en cours de formation.
Dans un lieu accueillant, ressourçant, beau, simple, magique !

Mon bilan personnel / Ce que j’en ai appris :

  • Les animateur.trices utilisent différents outils pour l’accompagnement des humains en chemin, y compris la respiration holotropique (rebirth).
  • Une première phase de respiration holotropique m’a permis de viiivre la reconnexion ou plutôt la connexion plus en profondeur avec l’énergie du Père et de la Mère. Plus de force et un équilibre renouvelé.
  • Mon « passage » (c’est le terme utilisé pour ce processus particulier) personnel m’a reconnectée à l’endroit où l’amour avait été coupé dans ma lignée de femmes. J’ai pu observer/vivre ma remise en force, mon lien à ces femmes (plus précisément mes sœurs, ma mère, ma grand-mère maternelle et sa propre mère), ma capacité à exiger et recevoir l’amour…

Et également le nettoyage de quelques croyances personnelles obsolètes :

  • « On a ce qu’on mérite » : ben non ! probablement sommes-nous plutôt confronté.e.s à ce qui peut nous faire grandir/évoluer quand on le travaille (et encore : c’est à vérifier)
  • « On n’a que ce que l’on mérite » : non plus !
  • A propos de plusieurs « choses » dans ma famille aussi…

Ce qui a été dur pour moi (et que j’ai néanmoins apprécié) :

  • l’inconfort pendant des heures et des heures d’assise au sol
  • les mantras (au fur et à mesure, certaines résistances ont lâché et j’en perçois l’utilité, mais c’était souvent pénible quand même, surtout de ne pas comprendre, ne pas m’en souvenir, la respiration associée, faire comme tout le monde, etc)
  • l’attente et l’incertitude de mon passage (ce qui résonnait justement avec ce que j’étais justement venue travailler)
  • le Kundalini Yoga (travail sur les résistances psychiques et physiques aussi)
  • les noms sannyâs (une difficulté à m’en souvenir, mais ça s’améliore)
  • autant de détresse et d’histoires glauques (stage clairement à visée thérapeutique, regroupant des « fracassé.e.s »)
  • les douleurs physiques (liées à ce qui se passait dans mes cellules, mon âme, ma psyché ; j’en ai d’ailleurs ramené quelques-unes que je vais aller visiter/travailler bientôt)

Ce qui a été plutôt facile à vivre pour moi (alors que ce n’était pas évident a priori) :

  • mes montagnes russes émotionnelles dues au lâcher-prise (accueillir les émotions, c’est dans mon domaine et j’étais consciemment venue pour ça)
  • accompagner les autres avec coeur (implication et délicatesse), sans me négliger
  • ma première phase de respiration holotropique (quel pied j’ai pris !! alors que j’étais allée quelques années auparavant à 2 séances individuelles où je m’étais endormie…)
  • mon « passage » (profond et puissant, doux et réparateur)

Ce que j’ai particulièrement apprécié :

  • l’encadrement et les courtes interventions des animateur.trices (« école » : je craignais un enseignement intellectuel)
  • des animateur.trices avec une qualité de présence éclairante, et juste ce qu’il faut de paroles ; un positionnement dans l’être et une belle humilité assaisonnée d’un humour délicat
  • le bain de bienveillance et le lien entre les individus : ce que je connais depuis que j’ai commencé le Tantra, et que j’ai retrouvé là-bas
  • écouter/entendre les autres participant.e.s dans leur authenticité, lors des tours de parole
  • des moments privilégiés avec de merveilleuses personnes qui ont décidé de ne plus s’identifier à leurs problématiques et d’oeuvrer pour le meilleur
  • garder ma place de participante, sans me sentir ni obligée de quoique ce soit pour les autres et sans sentir de jugement/critique quant à mon job d’animatrice Tantra Rouge (on m’avait dit que le Tantra Blanc regardait de haut le Tantra Rouge)
  • mon entretien avec Jean-Jacques Rigou alias Sharabi, le fondateur de l’Ecole du Tantra (créée il y a 34 ans), le matin du dernier jour : il m’a entendue et expliqué ce que j’avais besoin d’entendre ; et il m’a spontanément indiqué que le Tantra Blanc prépare au Tantra Rouge ; j’aime son énergie
  • le rythme intense/soutenu
  • les 4 piliers de l’Ecole du Tantra : Amour, Conscience, Liberté, Créativité (au-delà des mots, c’est bien là que nous étions tou.te.s accompagné.e.s)

Concernant l’avis de Sharabi : « Le Tantra Blanc prépare au Tantra Rouge », oui je suis ok et je cherchais justement où envoyer les personnes qui ne sont pas encore prêtes à avancer plus profondément dans la « voie de la main gauche », car une limite est atteinte et un nettoyage/changement intérieur est nécessaire (cela peut souvent être travaillé en thérapie individuelle mais ce n’est pas forcément suffisant : parfois les barrières sont trop hautes ; l’ego ou l’anti-ego, tous deux menteurs et limiteurs sont trop forts).
Et j’ajouterai que, selon moi, le Tantra Rouge prépare au Tantra Blanc, car il s’agit de voies complémentaires et qui s’entrelacent et célèbrent les mêmes valeurs, par des pratiques certes différentes et avec un esprit commun. Les passerelles sont là, pour ceux et celles qui souhaitent les emprunter, en se laissant guider par le désir de leur être, de leur cœur, de leur corps, de leur esprit… car en fait, durant la vie terrestre, c’est du « tout en un ». C’est une leçon du Tantra : le corps sait.
Et me concernant, c’est après 7 ans de Tantra Rouge que j’ai été prête à un stage de Tantra Blanc. Et encore : pas un stage intensif de Kundalini Yoga / Mantras. Ce n’est pas ma voie du moment.
A chacun.e son processus !

Voilà donc un bien joli cadeau de Noël que je me suis offert !

Un espace que je conseille chaleureusement à ceux et celles qui ont le désir d’aller à la re.conquête de leur pouvoir personnel, d’approfondir leur lien à la Vie, à l’Amour (aussi par le lien à l’énergie de la Mère et du Père), et qui sont ok d’aller traverser leurs peurs, leurs résistances, leurs difficultés, leurs parts d’ombre…
Car non ce n’est pas facile ; personne ne sort indemne de cette aventure intérieure.
Ces stages ont un certain coût (130€ par jour, sur 3 ou 7 jours si j’ai bien compris) et vous en aurez pour votre argent !
Et oui je comprends pourquoi les « passages » sont seulement pour les personnes suivies en thérapie par un animateur ou une animatrice : ça remue.
Quoiqu’il en soit, chacun.e profite de ce qui s’y vit.

Peut-être proposerai-je (avec Richard probablement) un stage de Tantra Rouge à cette même période, en 2019 : entre Noël et le Nouvel An. Mais je ne m’engage pas encore là-dessus : tellement de moments merveilleux à viiivre d’ici-là !!
Et Tantra Sud-Ouest a déjà mis en place un beau/bon programme jusqu’à juillet !

Namasté
Satnam

Nelly

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !