Je le sais maintenant : je suis un peu naïve.
« On ne voit chez l’autre que ce qui existe en soi »
Or, pour ma part, quand je vais en stage (et quelque soit le type de stage, et même lorsque c’est moi qui anime), c’est avant tout pour aller à la rencontre de moi-même (et de ce qu’il y a de plus grand en moi), pour approfondir mes connaissances, pour inclure d’autres façons de comprendre et de dire, pour apprendre, pour nourrir mon être grâce au champ créé par ce groupe de personnes en chemin…
Je ne suis jamais allée en stage dans l’espoir d’y rencontrer un personne, que ce soit pour une relation amoureuse ou amicale.
J’y vais pour l’enseignement, sur tous les plans (ce que je peux intégrer aux niveaux physique, émotionnel, intellectuel, de l’âme et de l’esprit). Je m’y rends pour recevoir de moi-même au travers de l’enseignant et de l’enseignement, et de tout ce qui sera présent et que je pourrai capter.
C’est peut-être parce que je n’ai jamais été célibataire (depuis mes 20 ans). Quoiqu’il en soit, je n’ai jamais cherché à rencontrer pour une aventure ou garder le lien après un stage.
Alors j’ai longtemps cru qu’il en était de même pour toutes les autres personnes qui venaient en stage de Tantra ou autre. Et puis comme c’était décrit comme du développement personnel et un chemin spirituel, ben… que tout le monde venait pour cela, bien sûr.
En fait, il s’agissait de ma lecture par rapport à ma quête et à ma personnalité.
D’autres sont faits différemment et n’ont pas les mêmes manques/besoins/désirs que moi.
Mais comme je ne vais pas à des stages pour les rencontres extérieures, je ne suis pas disponible et donc pas sollicitée pour des relations qui sortiraient de mon cadre. J’y lie simplement des amitiés douces et tranquilles, et j’ai plaisir à retrouver ces personnes à l’occasion d’autres stages. (Je sors très peu -souhaitant privilégier ma vie de famille- et suis rarement sollicitée pour cela).
Après 4 ans d’animation de stages Tantra, force est de constater que de nombreuses rencontres se sont vécues à ces occasions.
De nombreux couples se sont formés ; parfois je l’ai su longtemps après.
Bientôt la naissance d’un premier bébé de personnes qui se sont rencontrées en stage. (S’il y en a eu d’autres avant, je ne suis pas au courant).
Souvent aussi, des personnes venaient pour une problématique liée au manque d’estime de soi, au manque de confiance en soi, à la peur de l’autre, à la colère suite à des expériences délicates, des croyances limitantes, à un manque de considération ou de toucher… et ont pu faire des rencontres suite à un stage, après avoir traversé ce qui bloquait.
Il me semble néanmoins qu’un stage Tantra n’a pas la vocation d’un club de rencontres.
Et, si je m’en tiens aux personnes qui ont communiqué avec moi, je constate que tous ceux et toutes celles qui ont fait de belles rencontres qui durent, où il y a de l’engagement et qui peuvent traverser les difficultés pour la croissance des êtres et du système (le nouveau couple créé)… tous venaient en stage Tantra avec moi (ou nous en cas de co-animation) pour se rencontrer eux-mêmes avant tout, pour résoudre ce qu’ils avaient à résoudre en eux, et éventuellement pour être accueillis tels qu’ils étaient. Pour continuer un parcours de recherche sur eux, pour mieux s’aimer, pour revenir dans la confiance en la vie et aux autres, pour aller mieux, pour se comprendre, pour s’apaiser, pour trouver leur (nouvelle) place dans le monde…
Là où je veux en venir : toutes les personnes qui ont rencontré un.e partenaire, un compagnon ou une compagne de route, sont des travailleurs.euses de lumière, qui avaient déjà trouvé leur liberté par rapport à la relation à l’autre : ils/elles venaient sans attendre de rencontre, sans espérer de l’autre qu’il comble leurs manques.
D’autres personnes ont rencontré et se sont vite séparées : ceux et celles qui continuent de chercher en l’autre ce qui leur manque (et jettent après consommation), ceux et celles qui s’estiment peu et se laissent consommer, ceux et celles qui veulent profiter ou donner sans équité (pomper ou se laisser pomper), ceux et celles qui estiment que c’est aux autres de changer (soit parce qu’ils se croient parfaits soit parce qu’ils se croient incapables d’amélioration…), ceux et celles qui ne veulent pas s’engager dans une relation (ni envers eux-même d’ailleurs), etc.
Donc non je ne peux pas garantir qu’en stage, il n’y ait que des personnes sur la même longueur d’ondes. Et c’est juste comme cela : dans chaque groupe, les personnalités et les blessures, identiques et différentes… entrent en résonnance, et bien des résolutions se font par ce jeu éclairé par la présence bienveillante et encourageante des animateurs.trices. C’est en allant reconnaître et explorer ce qui se joue (en nous, et qui résonne à l’extérieur) que l’on grandit, en ôtant un voile, en découvrant un peu plus notre essence.
Mon rôle, lors de l’entretien téléphonique de pré-inscription, est de m’assurer que les personnes aient bien compris le cadre (la plupart de ceux et celles qui cherchent des rencontres sans lendemain ne viennent pas à un stage où les relations sexuelles sont proscrites et où l’on travaille sur le respect de soi et de l’autre), et aient un objectif avéré et cohérent avec nos propositions.
Les participant.e.s sont des adultes capables, responsables, puissants, en chemin vers ce qu’il y a de plus grand en eux : la beauté (liée à la structure), la bonté (l’amour, la compassion), la vérité (l’authenticité) … mais parfois ils ne le savent pas encore…
Parmi les techniques proposées en Tantra, il y en a pour tous et toutes.
Et s’il s’agit en effet de travail relationnel, c’est de Relation dont il s’agit :
– et avant tout de la relation à soi-même (observation de soi), à ce qu’il y a de plus grand que soi (et que nous oublions souvent), et à tout ce à quoi nous nous identifions et qui n’est pas nous…
– à ce que nous vivons et à nos réactions,
– à tout ce qui vit,
– à d’où vient l’énergie et à là où elle va…
La recherche d’un.e partenaire avant de se connaître mieux et d’être prêt.e à remettre en cause ses fonctionnements, ses attitudes, ses intentions… est largement prématurée… sauf s’il s’agit de continuer à chercher une béquille et à prendre soin de nos névroses (elles font partie du connu, de la zone de confort… pourtant parfois très douloureuse), en se plaignant de l’autre, des autres, de la vie, de ses propres incapacités, etc…
Tout cela est illusoire : tout humain est capable de se réaliser, s’il commence un chemin en ce sens et avance pas à pas, à son rythme. Et ce que l’on voit à l’extérieur n’est que la réplique de ce qui existe en soi-même.
En Tantra comme pour toute autre pratique de développement personnel et spirituel,
lire, regarder des vidéos, avoir des échanges intellectuels ou philosophiques, appréhender par le mental, la compréhension intellectuelle… ne suffisent pas.
Les méthodes elles-mêmes ne suffisent pas. Pratiquer en solo.a, en couple ou en petit groupe sans animateur.trice ou superviseur, ça ne suffit pas. Les pratiques sans l’esprit peuvent même parfois valoriser encore plus le mental et l’ego. « Je sais puisque je fais. »
Venir en stage, c’est bénéficier d’un accompagnement spécifique, personnalisé, pas à pas (et stage après stage), d’un accueil inconditionnel (tant que le cadre est respecté). Venir en stage, c’est aussi bénéficier de partages, d’échanges et d’interactions spécialement prévues pour toi, pour vous : je suis très souvent interpelée par l’adéquation parfaite des participant.e.s (même dans les difficultés parfois rencontrées), comme si leurs âmes s’étaient donné rendez-vous ici.
L’accompagnement individuel ou de couple, c’est encore autre chose ; ce peut être une étape avant d’oser venir en stage ou en soin/renforcement spécifique. Le champ est réduit et le.s client.s ne bénéficie.nt pas de l’énergie du groupe ni des expériences des autres… et qui font toujours écho de façon magique dans tout le groupe. Et c’est parfois rester un peu trop dans sa zone de confort ; or, on n’évolue seulement en sortant de cet espace de fausse sécurité : de sécurité de l’ego.
En fait rien ne remplace les stages.
Même pour les personnes qui pratiquent/incarnent naturellement le Tantra (certain.e.s ne savent pas que ce qu’ils vivent au quotidien, c’est déjà du Tantra) et/ou qui font partie d’un couple tantrique, il est intéressant de venir en stage pour : d’une part faire le point (nouvelles prises de conscience) et d’autre part faire une re.mise à jour (nouvelle orientation pour continuer d’avancer, car l’humain s’essouffle et est aisément détourné de ses buts fondamentaux).
Bref ! Je vous invite à aller à la rencontre intime de vous-m’aime, dans le cadre sécurisé et bienveillant d’un stage Tantra Sud Ouest !
Et les autres rencontres que vous y ferez seront exactement celles qui vous apporteront des éléments pour continuer d’avancer sur votre chemin personnel, en lien avec le Grand Tout, l’Âme du Monde… ou ce que vous pré.sentez comme sens à votre vie.
Tous partenaires sur le chemin multidimensionnel du Tantra, de la Vie !
Namasté

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !