Deux voies, différentes et complémentaires, d’approfondissement de la Relation : à soi, à l’autre, aux autres, aux autres vivants (esprits animaux, végétaux et minéraux), aux éléments, à ce qui a été vécu, est vécu, sera vécu…
Deux types d’expériences, de pratiques, propres à accompagner l’être à aller visiter différents dimensions, et se rencontrer plus profondément, dans ses différents niveaux, dans ses différents centres. L’intimité y intègre ses qualités, sa valeur intrinsèque, et les choix prennent leur sens.

Pour certain.e.s, le Tantra et/ou le Chamanisme se vivent naturellement : c’est intégré dans leur culture personnelle. Bien souvent, pour qu’ils s’intègrent naturellement à sa vie, l’humain.e a à s’impliquer dans un chemin d’initiation puis d’apprentissage. C’est le sujet des stages. De même que d’accompagner dans des espaces-temps de bilan, révision, car le mental-menteur peut pervertir l’esprit de ces pratiques si l’on n’y prend garde.

L’ego est à sa bonne place. Les différentes modes d’intelligence de l’humain.e sont mises au profit de son évolution, de sa croissance dans le cœur et l’esprit par le corps. On revient à la Source, aux bases, aux sensations, aux perceptions sensorielles non traduites et clivées, pour laisser se déployer la simple et merveilleuse magie de la vie.

C’est une prise de conscience des petitesses et des grandeurs, des ombres et des lumières, des joies et des peines, des colères et des sérénités, des peurs et des addictions, du juste du moment, de la fierté dans l’humilité, des penchants névrotiques, des mobilisations énergétiques, des liens, des tissages et des ruptures, des illusions et des créations de réalités…
Quand l’inconscient est pris en compte, soigné, jour après jour, heure après heure, les dénouements coulent de source, à l’intérieur de soi et rejaillissement alentour.

Conscience qu’en l’humain.e sont représentés le tout et chaque partie du tout.
Conscience que chaque humain.e est lié à une ascendance, tributaire de nombreuses énergies, et a des raisons d’être sur Terre, qui ne sont probablement pas uniquement de mourir sans avoir rien compris/appris/partagé/offert entre les deux étapes (naissance et mort).

Tous ses choix et non-choix et choix contraints… sont autant de jalons qui peuvent le.la conduire à des prises de conscience pour véritablement vivre : ancré.e, aligné.e, connecté.e, relié.e, agissant depuis son intériorité, avec vulnérabilité et sincérité. C’est de là que la puissance de l’humain.e se révèle : il.elle est alors canal de plus grand que lui.elle. Il.elle se place au service de Dieu, de la Déesse, du Divin, du Sacré, de l’Unité, de la Vie, du Grand-Tout… Il.elle outrepasse le niveau psychique et ses névroses/projections pour les utiliser au service de son déploiement, comme autant d’indicateurs du chemin à parcourir. Il.elle (se) soigne en profondeur, dans l’accueil de ce qui est, aussi en percevant ce qui est au-delà des croyances, schémas de pensées, souffrances, com.pulsions, actes inconscients, protections, armures, blessures… et est ému.e par tant de beauté, de bonté, de vérité… Gratitude, ouverture du cœur, ouverture d’esprit… L’écoute, l’intuition, la méditation, la présence…

Sans spiritualité (conscience qu’on n’est pas qu’un corps physique dans un monde qui ne serait que matériel), l’humain.e est dans la survie et la souffrance car (volontairement) coupé.e : il reste à, sans répit, tout faire pour surnager, rester à la surface, dans la fange, la douleur, le non-sens… Il fait tout pour endormir ses manques/souffrances, dans la croyance qu’il.elle est seul.e au monde (ou seul.e dans une cellule, qu’elle soit amoureuse, amicale, familiale…), qu’il n’y a pas d’avant ni d’après (ce qui n’a aucune réalité matérielle non plus d’ailleurs), et entouré.e de rivalités, désastres, catastrophes…

Il.elle est dans le déni de ce qu’il.elle est intrinsèquement : une âme incarnée pour vivre des expériences (pas toutes et pas de n’importe quelle façon), et probablement grandir/apprendre, tout en jouissant de cette chance magnifique, de ce monde miraculeux/magique/magnifique.

En l’humain réside la source, la puissance pure.

Il est créateur de sa propre réalité et souvent il s’y enferme comme si cela était une cage avec des barreaux inamovibles. Pourtant, le processus de création de réalité lui permet de générer dans les seules limites de ses désirs, de son imagination et de son savoir-faire. Or, c’est du savoir-être que découlent le savoir-faire et l’intuition, qui va bien plus loin que l’imagination de l’intellect, souvent fondée sur le psychisme, les croyances, et non sur les véritables besoins de l’individu.

Tantra et Chamanisme, dans le sens où je les entends et les pratique, nous révèlent à plus de consistance, de communication, de légèreté, d’amour, d’humour, de joie, de gratitude, de détachement, d’implication, de vitalité, de liberté, de vie relationnelle au-delà des masques, d’authenticité, de connexion…

Il n’y a pas de bien et de mal, d’opposés qui ne seraient pas compatibles (comme implication et détachement, engagement et liberté, par exemple) : il y a alors la conscience que tout peut s’allier, s’unir, de compléter, nourrir, enseigner, être transcendé, être vécu selon son coeur pour le plus grand bonheur de l’être.

Pour ce qui est des méthodes, je vois le Tantra comme plutôt des pratiques travaillant/jouant sur la vie relationnelle, avec des partenaires-miroirs. C’est dans le corps que ça se passe, au plus proche des viscères, du sexe, du cœur, des autres organes.

Alors que le Chamanisme représente plutôt les techniques par les voyages : dans les corps subtils et les liens dans les énergies non matérielles ou submatérielles. Par exemple, quand je me mets à l’écoute d’un vivant (c’est le sujet principal de la communication animale) que je vois physiquement ou pas, je reçois des infos de différents ordres, sur différents niveaux, selon mon niveau d’écoute. Conscience que ce que je perçois, c’est néanmoins toujours par le prisme de Nelly, la Nelly du moment, la question et/ou mes désirs s’il y en a, ma propre relation à la problématique en cours, et aussi si je suis prête à transcender : aller voir derrière, au-delà de mes peurs et attachements, avec humilité et confiance.

Les humain.e.s s.ont des canaux/antennes pour recevoir toutes les informations des mondes.
C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup font un amalgame entre sensibilité et souffrance… si bien que la plupart choisissent de se couper de leurs perceptions (par alcool, drogue, fumée, boulimie, achats, diarrhée verbale, et tous autres comportements compulsifs ou addictions) pour tenter d’endormir ce qu’ils sont et s’illusionner dans le faux confort du connu, soutenu par toutes leurs créations inconscientes qui valident leurs croyances.

En fait, c’est de l’ego mal placé : une volonté de se séparer pour rester tel que l’on croit être, avec ses limites et ses contraintes. Je perçois ce comportement psychique comme un complexe non résolu, qui ressemblerait à celui de l’ado qui a besoin de couper la communication avec sa mère et/ou son père pour s’en détacher, marquer sa différence vis-à-vis d’eux (et souvent reproduit les mêmes choses ou l’exact contraire sans trouver la mesure adaptée).
Quand l’ego est mal placé, c’est l’impuissance et la souffrance due à la négation de l’être (la part plus profonde et qui n’a pas les mêmes besoins).

Le plaisir est un excellent indicateur de ce qui est bon pour soi.
Est-il question là du plaisir physique ? Du plaisir intellectuel ? Du plaisir sexuel ? De quoi d’autre ?
Je parlerais plutôt de plaisir d’être, comme source de joie et de satisfaction profonde à vivre le présent, sans cesse renouvelé.
Le plaisir égotique (par exemple, celui de croire faire du bien à l’autre, ou d’être quelqu’un.e de bien, ou d’être mieux que l’autre, ou d’obtenir ceci ou cela…) est à observer avec la tendresse d’un parent bienveillant qui laisse sont enfant vivre les étapes de sa construction. Le plaisir égotique peut mener à la satisfaction égotique (j’ai tout ce que je veux ; je suis avec la plus belle personne ; je suis beau/belle et intelligent.e…) qui est loin de mener au bonheur véritable : toujours des attachements, de la non-liberté d’être, puisque cela sous-tend que si tu perds cela tu es malheureux, voire plus rien.
Le plaisir d’être ne connaît pas de limites : il est inextinguible. Lié à l’ouverture du cœur et de l’esprit, se plaçant dans le corps avec gratitude de ce qui a été, est et sera, dans la confiance. De là, il s’agit de faire des choix d’actes conscients, en restant toujours dans l’humilité. De là, c’est aussi de rester dans le labeur joyeux et également d’observer si/quand je passe de la fierté (sentiment juste et nécessaire à prendre sa bonne place) à l’orgueil (si je crois que je vaux mieux que l’autre, que mon chemin est meilleur, que j’ai tout compris pour tout le monde, que j’ai tout ça parce que je le mérite plus que l’autre…)

Quand l’humain.e n’est pas/plus placé dans son cœur, il est dans l’ego mal placé, que ce soit sous-dimensionné (je suis nul.le, je ne vaux rien, la vie est moche, l’autre devrait faire ceci pour moi parce que moi je ne peux pas…) ou surdimensionné (pas besoin d’exemples : on connaît tou.te.s).
Et aussi bien l’ego a sa juste place est un axe, un moteur, un accompagnant dans la communication à l’autre et au monde… aussi bien l’ego mal placé est une entrave qu’il s’agit d’aller soigner avec la plus grande attention.

Dans les pratiques tantriques et chamaniques que je préconise, c’est tout en douceur et délicatesse, légèreté et profondeur. A chacun.e son rythme et ses désirs. Les limites sont autant de cadeaux à accueillir avec gratitude. Que les désirs et les limites de la personne viennent de son être ou de son ego, c’est toujours avec délicatesse qu’ils sont accueillis, comme des cadeaux de sincérité et d’ouverture à se comprendre davantage. Les émotions sont à l’oeuvre, dans des process d’apprentissage (chacun.e est accompagné.e à devenir son propre maître) et de libération, de célébration de la vie.

Richard Dhondt : « Quand on est dans l’esprit, on peut tout faire. Parce que quand on est dans l’esprit, on ne fait pas n’importe quoi. »

Profitez !
Profiter, c’est consommer et jeter ?
Profiter, c’est ré.apprendre à vivre pleinement chaque instant ?
Profiter, c’est tirer profit de ses expériences et réactions, puis réajuster (et réajuster encore) et observer avec curiosité voire amusement ? … et aussi observer la colère, la peur, la tristesse et les autres… mais ne plus être possédé.e par ces énergies qui sont de précieuses messagères, pas les maîtresses et les guides.
Profiter, c’est jouer en riant, dans la conscience de ses sensations et émotions ?
Profiter, c’est être l’esclave de ses pensées (et les suivre comme un petit chien fou ou serviable) ou c’est être le créateur de sa vie rêvée ?
Recueil de définitions ds l’injonction « profitez ! » : et la tienne ?

Stage Tantra et Chamanisme : de samedi 26 au lundi 28 septembre (de préférence), sinon possibilité de rester seulement le week-end.

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !