Comprendre : un mot incompris

par | 18 Avr 2018 | Tantra | 0 commentaires

L’autonomie dans l’altérité.

Je suis ravie et fière de savoir/pouvoir de plus en plus me débrouiller seule, au niveau informatique aussi.

Heureusement, j’avais déjà une formation plutôt solide pour travailler sur ordinateur. Encore faut-il continuer d’apprendre sans cesse, se réactualiser, faire avec les outils nouveaux…

Mes résistances au changement tombent.

Or, ce qui nuit à l’évolution, c’est surtout les résistances… elles-mêmes en lien avec les peurs.

J’ai vu et accompagné mes peurs : ne pas y arriver, mal faire, être critiquée/jugée, ne pas avoir besoin des autres, avoir besoin des autres et dépendre de leur bon-vouloir, abuser, être abusée, que tout mon boulot tombe à l’eau, passer/perdre ma vie en virtuel devant l’écran…

J’avance…
Et voici une création Canva que j’ai réussi à insérer toute seule sur le site.

J’apprécie vivre en 2024 !

 

 

 

 

Bien le bon.jour !
Je m’intéresse aujourd’hui à la distorsion récente du mot « comprendre ».
Composé de cum « avec » et prehendere « prendre, saisir », littéralement « saisir ensemble, embrasser quelque chose, entourer quelque chose » d’où « saisir par l’intelligence, embrasser par la pensée ». Il s’agissait donc d’un terme basé sur l’inclusion et non sur les seules croyances et façons de penser d’une « élite » intellectuelle, ni sur un système binaire où il y aurait la bonne compréhension et où tout le reste serait de la non-compréhension, avec les intelligents qui comprennent et les autres.
Chacun.e comprend, à son niveau, avec ses outils, avec sa sensibilité, selon sa personnalité… et en fonction de l’adaptation du mode de communication employé par rapport au récepteur.
« Comprendre »est une chose ; retranscrire ce qui est compris en est une autre. Toutes les formes de compréhension ont leur valeur… et peuvent être complétées, sauf peut-être dans le cas de l’Eveil (et encore : à ce niveau, peut-être est-il encore plus nécessaire de comprendre, d’englober, d’inclure dans la compassion, tous ceux qui sont en chemin).
Du coup, « je comprends » ne laissait pas de place au jugement ni à la conclusion/validation illusoire d’un savoir fermé.
Et aucune honte à dire « je ne comprends pas » : soit un désir (conscient ou inconscient), à ce moment, de ne pas rentrer dans cette proposition de compréhension, soit une invitation à utiliser un autre mode de communication pour que je puisse saisir, accueillir ce que tu souhaites me communiquer.
La compréhension se fait aux différents niveaux de l’humain (corps, cœur, esprit), si bien qu’elle reste incomplète si elle n’est pas expérimentée. Il était aussi question d’intuition, d’intelligence cellulaire, d’intégration en soi, de choix conscients et inconscients de prendre pour soi certains éléments contactés, de valider que je me fais une idée claire des causes et des conséquences…
Or, à l’heure actuelle, dans nos sociétés de consommation et d’abondance matérielle, avec toute la place laissée au mental et au dirigisme de certains, c’est comme si, dès les tout premiers temps de vie sur Terre, il y avait une bonne compréhension et une mauvaise. D’où un sentiment de culpabilité qui s’engramme sans cesse un peu plus… et une souffrance, un malaise, une non-inclusion, une marginalisation de ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas rentrer dans le moule… Pourtant « comprendre » n’impose nullement une façon de penser qui serait juste par rapport à toutes les autres.
Alors qu’en fait toute compréhension est, de part sa nature, parcellaire… et ne permet donc pas de jugement, en tous cas pas de la part des personnes suffisamment intelligentes pour comprendre (justement) qu’elles n’ont pas le monopole de la vaste, incommensurable vérité. 
Qui peut se targuer de comprendre toutes les lois de l’univers ?… de tout savoir (ça-voir) et percevoir (perce-voir) sur le visible et l’invisible, sur la vie et l’après-vie, de pouvoir suivre le parcours de chaque cellule, de développer son senti à l’infini, d’être au coeur de la vie à tel point qu’il devient un idéal canal du Divin…?
Donc revenons à l’étymologie de ce beau mot « comprendre » : comprenons de notre mieux, dans la détente, avec tous nos sens, avec tous nos ressentis, en observant nos mécanismes et nos pensées, avec humour… et soyons compréhensifs envers chacun, en paix avec son propre chemin de vie et celui pris par chaque autre (en espérant juste qu’il corresponde aussi à cette inclusion salvatrice, où la paix réside).

Quoiqu’il en soit, « comprendre » ce qu’est le Tantra – car la question m’est souvent posée « c’est quoi, le Tantra ? » – passe inévitablement par la pratique personnelle.
112 méthodes pouvant mener à la dissolution du mental, à l’Eveil, ont été livrées dans le Vigyana Bhairava Tantra, il a plus de 5000 ans. Osho les a traduites du Sanskrit et décrites, a mis à notre portée cet enseignement, dans “Le livre des secrets”.
A chacun.e son chemin sur cette voie de reliance au Grand Tout. Le Tantra, c’est la vie, ça se vit ! et chaque cellule est concernée, à chaque niveau (son rayonnement dans le microcosme et le macrocosme, ses liens à l’ensemble du vivant, visible et invisible).

Quant aux condisciples du mot « comprendre », aux autres termes formés avec la racine-mère « prendre », ils ont tous une saveur particulière, liée à l’action volontaire, voire à un passage de l’inconscience à plus de conscience, dans l’énergie densifiée, la matière :
apprendre (saisir par l’esprit),
désapprendre (Maître Yoda : « Il faut désapprendre tout ce que tu as appris »),
entreprendre (se mettre à faire une chose),
réapprendre (apprendre de nouveau),
reprendre (prendre de nouveau),
se méprendre (mé- a sens privatif et péjoratif : erreur, manque…)
surprendre (à l’improviste),
… et ils ont tous leur histoire à raconter.
« S’éprendre » aurait une autre étymologie : s’enflammer.
Namasté

Plus d’articles 

Tantra

En Inde du 5 février au 5 mars !

L’autonomie dans l’altérité Je suis ravie et fière de savoir/pouvoir de plus en plus me débrouiller seule pour tout plein de tâches. Car être/travailler à son compte, c'est être multitâche ou dépendant.e.Or la dépendance crée un type de lien hiérarchique voire...

Nelly Germain avec ses filles 27/01/2024
Autre

50 ans ! … et tellement de bonheursss !!

Je suis née à cette vie le dimanche 27 janvier 1974 : déjà un demi-siècle sur cette mère-veille Terre !Et voilà pour la première fois sur Internet : une photo avec mes 3 filles chéries. De gauche à droite : Eve-Laure 15 ans, Eléanor 20 ans et Cynthia 22 ans....

Formation au Massage Sensuel
Massage

La Formation au Massage Sensuel

Et voilà ! La Formation au Massage Sensuel est enfin accessible !Elle permet d'ores et déjà de rentrer dans la pratique entière. Et voici le code promo valable seulement jusqu'au 29 février 2024, pour le lancement et la St-Valentin : une remise de -50% en notant...

Tantra

TantrAnima de janvier 2024

Encore de merveilleux moments partagés à l'occasion de cette 7ème rencontre biannuelle de TantrAnima !Cette fois, nous étions 19, dans la Drôme. C'était du 8 au 11 janvier.(D'autres auraient aimé se joindre à nous, mais n'ont pas pu cette fois.) Nous avons...

carte de voeux 2024
Accueil

Voeux 2024 !

Nous voilà entrés dans l'année 2024.Je nous souhaite d'y vivre tout plein de bons moments, avec Amour et Conscience ! Au plaisir de te/vous recevoir en stage si tel est ton/votre désir ! (et que nos vibrations correspondent... ce qui est le cas pour presque toutes...

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other