Ouiii : la Vie c’est maintenant !
Le passé n’existe plus. Ce qui nous en reste est :
* en partie mental/psychique : mémoires, toujours parcellaires (les souvenirs sont différents pour chacun.e, et l’empreinte aussi)
* en partie physique : résultats dans la matière de ce que nous avons vécu, tant au niveau purement physique (en confort ou en malaise/maladie) qu’au niveau émotionnel

Et l’avenir n’est pas tracé dans ses détails : c’est aujourd’hui qui prépare demain.

(Peut-être une prochaine fois, vous dirai-je aussi que c’est aujourd’hui qui déconstruit et reconstruit hier : le temps n’existe pas et le passé est aussi changeant que le futur, en fait. Tous ceux et toutes celles qui ont fait un parcours de résilience/guérison profonde, qui savent observer dans la neutralité, peuvent s’en rendre compte : le passé est très relatif et variable.)

Probablement les grandes lignes de l’avenir sont déjà prévues : les astres en parlent, ainsi que l’histoire de la Terre (géobiologie, périodes de glaciation et/ou d’extinction, etc).

Quant à savoir de quoi sera fait demain, c’est à chacun.e de se créer sa réalité, avec le plus de conscience possible (nous sommes éminemment puissants et influençons le monde par nos pensées, nos paroles, nos actes), et de rayonner de son être, de son âme réparée plutôt que de ses blessures, de son savoir-être, de son savoir-faire, de son Amour…

Vivre véritablement, c’est se placer précisément dans l’ici et maintenant, dans la Présence. Être constamment dans le passé ou dans l’avenir, c’est plutôt de la survie : le physique continue de fonctionner, mais l’être est-il nourri ?

Croire que le bonheur c’est avant ou pour plus tard, c’est s’auto-invalider, partir sur un gros handicap psychique. La bonne heure, c’est maintenant, et c’est en se laissant disponible à vivre l’instant présent que l’on peut se relier à Soi, à l’Être, à l’Esprit, à l’Essence, à Plus Grand, au Divin, à Dieu, à la Déesse, à l’Infini… ou à tout autre concept que l’on sent nous porter plus haut que la 3D, la simple matérialité, qui est la manifestation la plus lourde/pesante de la Vie.

Il s’agit d’être sensible, dans l’observation, avec l’esprit méditatif, là où on perçoit au-delà de la dualité (jugements, critiques, analyses, identifications, croyances, projections…)
Là c’est aussi qu’on a accès à la Source de la Joie : ça tombe bien. Peut-être n’est-ce qu’un effet secondaire (désiré en l’occurrence), mais c’est chouette que l’orgasmie et l’extase fassent naturellement partie du processus de désintégration de l’ego sur ou sous-dimensionné.

En effet, la personnalité devient alors un simple support à la manifestation de Soi et aux partages terrestres, y compris aux différents niveaux de l’énergétique.
L’unicité, l’individuation est alors à sa juste place : là où chacun.e est libre, autonome, interdépendant (et non plus dépendant ou anti-dépendant ou illusoirement indépendant) : chacun.e est miroir et complément à chaque autre… puisque c’est ensemble que nous sommes Un.
Quand l’ego est à sa juste place, la personnalité est respectée et utilisée à la communion/communication sans que la psyché malade/souffrante crée des troubles, continue de s’accrocher à ses bourreaux/douleurs.

Je reviens plus précisément au sujet de cet article : nous avons vu qu’être présent.e est un préalable indispensable à vivre véritablement et intensément. Et faire des projets ? Probablement une nécessité pour créer consciemment sa réalité, avec ce qui est bon pour Soi (et donc par rayonnement pour le monde), plutôt que de laisser les rênes aux autres (qui ne sont d’ailleurs pas toujours dans la Conscience, n’est-ce pas ?)

J’ai préféré écrire « faire des projets » plutôt que « préparer l’avenir » pour pouvoir jouer aussi avec l’étymologie du mot « projet ». Un projet, ça parle de projeter (jeter devant soi), et aussi de se projeter. De se pré.voir dans telle situation, à une autre place que la sienne actuellement.

Se poser la question de savoir si c’est ma juste place de plus tard : depuis mon ego ou depuis mon centre/âme/coeur ou si c’est la place de quelqu’un d’autre qui paraît heureux (depuis mon envie, ma jalousie, ma convoitise… bref depuis ma blessure/mon manque qui se manifeste).

Trouver un juste/bon équilibre entre la Présence (seul espace de Vie) et la prévoyance : cela fait partie du chemin des humains, puisque nous sommes incarnés dans la dualité. Il est donc nécessaire de faire, d’agir aussi (pour vraiment mettre à profit l’expérience, être ne suffit pas) ? La seule façon d’avancer, c’est de faire un pas après l’autre (même si c’est sur un fauteuil roulant ou en imagination) et donc de prévoir le pas d’après… voire d’avoir une vision de là où l’on souhaite arriver, ou d’une étape intermédiaire.
Ancrage, alignement et connexion. Matière au service de l’expérience terrestre, elles-même au service de l’Esprit.


Je le répète : nous créons notre réalité, alors autant créer avec application quelque chose qui corresponde à nos aspirations.

Tout est là !
Et nous vivons sur différents plans, avec nos différents corps énergétiques. C’est en fonction de la conscience que l’on met dans notre vécu, nos sensations, nos réactions… que l’on peut se libérer de nos addictions/compulsions et avancer dans/vers la reliance, la Paix, la sérénité… ce qui n’empêche pas de jouer, de sauter, de danser, de rire, de pleurer, de crier, de chanter, de dormir, de rêver, de créer, de produire, de se nourrir (et pas uniquement d’alimentation physique)…

Agir sans s’agiter.
Se centrer, méditer, respirer en conscience, être dans chaque mouvement, c’est déjà agir.
Se projeter sans vouloir depuis le mental, sans l’énergie du contrôle : (s’)observer, (s’)accueillir, se maîtriser dans ses réactions et poser à des actes depuis l’Amour (plutôt que depuis la psyché malade, la peur, la colère, la frustration, la vindicte…)

Et si j’en reviens à faire des projets, il est peut-être temps de t’inscrire en stage Tantra Sud-Ouest !
De formidables opportunités de Présence, de guérisons, de Joie, de partages, de compréhensions, d’élévation du taux vibratoire, de création de réalités adaptées au respect du vivant et à l’épanouissement des humains en chemin…
Nous privilégions la simplicité et la douceur. C’est ainsi qu’on va loin, dans la profondeur et la légèreté. Nul besoin de croire quoique ce soit : c’est expérimentiel, et chacun.e en parle avec ses propres mots, son approche, sa compréhension du moment.
A chacun son chemin sur la voir du Tantra !

Quoiqu’il en soit, le changement ne peut venir que de Soi !

Namasté

Nelly

Pourquoi une photo de Belle ?
D’une part parce que cette jument porte bien son nom… et aussi pour illustrer la qualité d’être au présent. Les chevaux ne prévoient pas l’avenir (si ce n’est en stockant du gras quand la nourriture est abondante), et ils sont présents à chaque instant, d’une grande générosité (cette qualité est plus ou moins marquée selon la race et l’individu). Ils ont aussi un processus de guérison émotionnelle qui passe par le corps, la tension, l’attention, le relâchement quand la décision est prise qu’il n’y pas de danger imminent. Un esprit de proie, et aussi un esprit allié puissant, sauvage, amical, régénérant…

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !