Toute démarche de développement personnel ou d’ouverture de champ de conscience, conduit à s’exposer… ou plutôt à prendre davantage conscience que nous faisons partie d’un tout, du Tout, de systèmes multiples… et que nous sommes sans cesse traversés voire chamboulés par différentes énergies (cosmiques, telluriques, Féminin, Masculin, Enfant, Animal, Sage, sexe, mental/psyché, émotions, matières…)

Être présent.e, dans le flux de la Vie, c’est forcément avec/dans/par une certaine vulnérabilité.

En effet, la vulnérabilité est précieuse et nécessaire : non seulement elle est le signe que la vie circule en soi, mais aussi elle permet d’être dans le soin, tout naturellement, en permanence, car nos corps (physique et subtils) sont des récepteurs, des émetteurs, des canaux, des catalyseurs, des transformateurs, soignés et soignants, ne serait-ce que par la simple présence à ce qui est. Bien sûr, des rituels, prières, méditations ou autres pratiques en conscience peuvent amener une autre dimension aux soins.

Cette vulnérabilité, liée à l’ouverture corps-coeur-esprit est corollaire à la puissance de l’être en chemin : à ne pas confondre avec de la faiblesse, qui serait plutôt la tendance à s’accrocher à ses croyances/schémas de pensées/habitudes, de se rigidifier… souvent jusqu’à ce que ça casse.
En effet, là est la véritable puissance de l’humain : une sensibilité retrouvée, qui le met en connexion avec plus grand que soi, en lien avec sa vie spirituelle, et lui permet de vivre l’orgasmie liée à la vie terrestre (le formidable monde des sensations ; les sensations en tant que révélateurs de parts intéressantes/profondes de soi-même et de réalités).
Il s’agit donc avant tout, de prendre conscience de nos protecteurs devenus encombrants (carapace, cuirasse, armure, armes…), de nos croyances et fonctionnements automatiques, pour nous en libérer et devenir davantage Soi, afin de vivre avec plus pleinement/intensément, en conscience.

Quoiqu’il en soit, que l’on en soit conscient.e ou pas, chacun.e fait partie d’un tout, et influence et est influencé.e par le reste.

« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine. » – Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

« Si tu souffres, c’est à cause de toi. Si tu te sens bien, c’est grâce à toi. Personne d’autre n’est responsable. Seulement toi et toi seul. Tu es ton enfer et ton paradis aussi. » – Osho (1931-1990)
Loin de vouloir culpabiliser et manipuler, Osho nous a transmis de nombreuses méthodes pour nous responsabiliser et donc nous libérer profondément.

Or, avancer le cœur et l’esprit ouverts, dans une société qui ne semble pas axée sur l’épanouissement ni sur le déploiement des qualités de l’Humain (mais plutôt sur des « valeurs » qui n’en sont pas : le pouvoir et l’enrichissement matériel de certains au détriment des autres)… ça peut paraître inquiétant.
Alors, après un stage Tantra qui te révèle un peu plus à toi-même, plutôt que d’essayer de faire comme si de rien n’était et revenir à l’état d’avant (tu ne seras de toute façon plus jamais vraiment le.la même), voici des outils simples et efficaces pour rester sensible, ouvert.e, dans l’accueil et donc dans la vie vraie, sans être trop malmené.e par l’extérieur.
(Une façon un peu simpliste de poser cela, sachant que le Tantra propose la non-dualité, et donc intérieur-extérieur ne sont qu’un, bien et mal n’existent pas…)
Néanmoins, nous portons des conditionnements multiples et nos interprétations, notre mental vont bon train.

Différents types de protections sont aisément à disposition :

* Protections individuelles
protections spirituelles (prières, méditations, incantations, mantras, anges, archanges…)
protections intellectuelles (connaissances, partages intellectuels, écriture, éviter de parler de vos expériences à des personnes qui ne le souhaitent pas ou ne peuvent pas comprendre, éviter de faire du prosélytisme, pensées dans l’axe de votre évolution, éviter de trop répéter : si une personne n’est pas prête à entendre/comprendre…)
protections émotionnelles (observation du déploiement de ses émotions, CNV, Tipi, EMDR…)
protections psychologiques (observation de soi sur 3 niveaux, PNL, hypnose, auto-hypnose…)
protections physiques (travail postural et dynamique, ancrage, nettoyage corporel des points d’entrée, douches énergétiques…)
protections énergétiques (talisman, minéraux, aimants, métaux, amulettes, tissus informés, ondes de forme, nettoyage de la glande pinéale…)

* Protections de ses lieux de vie et d’activités
protections telluriques (connaître et éventuellement déplacer les failles, cheminées et vortex positif ou négatif, réseaux Hartmann et Curry, équilibre géobiologique du lieu…)
protections mémorielles des lieux et objets (équilibrer/charger un objet pour le rendre neutre, libérer les entités ou les rendre passives…)

Protections à tous les niveaux :
* dédramatiser, RIRE, SOURIRE, jouer, vivre au présent, prendre soin (de toi, de tes relations)
* s’entourer de ce/ceux.celles qui nous font du bien
* yogas (ils sont nombreux et peuvent protéger/accompagner profondément à tous les niveaux s’ils sont pratiqués dans l’Esprit)
* mettre sa propre bulle de protection en place, ou créer sa sphère d’argent et y entrer (reiki) ou tout autre rituel (esprit-animal, élément protecteur, flamme violette…) qui te parle et vous permette de vous extraire du danger tout en restant présent.e.s à ce qui se passe.

Merci de ne pas te formaliser quant à cette classification plutôt fantaisiste : en fait, tout est relié par l’énergétique (logique, puisque tout est énergie !) si bien que tout soin ou toute protection posés à un niveau influencent les autres sphères. Et une méthode agira plutôt à un niveau sur une personne à ce moment avec cette problématique, et différemment avec une autre personne et/ou avec une autre problématique et/ou une racine de problématique qui ne vient pas forcément d’où il.elle croit et/ou à ce moment de sa vie… C’est plus clair comme ça ? (clin d’oeil)
Eh oui, l’humain.e est simple et complexe !

Et l’humain.e peut survivre seul.e mais ne peut vivre (et grandir, apprendre concrètement) qu’en lien avec les autres ! Si les phases d’introspection sont nécessaires, les phases de co-création le sont aussi. Se protéger des autres ? Illusoire. Mieux vaut faire de l’autre son partenaire d’évolution (accueil inconditionnel des propositions de la Vie, ce qui ne signifie pas résignation à subir…)

Intéressantes aussi sont les protections matérielles (dans un monde aussi matériel, c’est logique) :
* minéraux dont labradorite, œil de tigre, shungite, tourmaline, obsidienne (utilisables en yoni –dans le vagin- pour les femmes ; demander des infos à Nelly)
* symboles et ondes de formes planes (pentacle, pyramide, tao, arbre de vie, fleur de vie, croix, sphère…) à porter ou à reproduire sur soi ou dans les lieux
* nettoyage : bain, douche, sel de nigari ou gros sel (en physique et par visualisation)
* huiles d’onction, eau miraculeuse

Il est aussi important de protéger ton lieu de vie, pour avoir un espace de repos : soins énergétiques, blocs de pierres, brûler de la sauge ou de la myrrhe, mettre en place un autel (avec des représentations qui vous parlent, eau, sel, sauge, coquillage… et l’honorer), etc.
Les rituels permettent de revenir à Soi.

Et c’est avant tout d’être centré.e (posé.e en toi, canal Terre-Ciel, alliant les polarités) dans une attitude d’écoute, de réceptivité, qui permet de sentir ce qu’il y a à protéger et comment : toutes les réponses sont en Soi.
« Demande et tu obtiendras. » (Attention que tes demandes soient sincères, positives, claires, non interprétables.)

Se protéger, c’est aussi ne pas trop s’auto-polluer ou se laisser polluer.

Sources de pollutions :
* tout ce qui n’est pas traité correctement, qui est ressassé : peurs, colères, dépression, pensées négatives (pas forcément par leur contenu intrinsèque mais parce qu’on se sent mal quand on y pense), culpabilité, croyances erronées, négation ou contre de ce qui est…
* alimentation inadaptée (dont blé trafiqué, sucre blanc, addictions/compulsions alimentaires, nourriture industrielle avec des ingrédients sans valeur nutritive réelle, exhausteurs de saveur, excès de sel, nitrates, pesticides…) et/ou mangée sans conscience, à la va-vite
* boissons inadaptées (trop d’alcool ou de sucres ou de café…)
* air vicié (à l’intérieur comme à l’extérieur, fumer…)
* impressions inadaptées (visuelles, olfactives, auditives, tactiles… : par exemple, voir ou entendre des choses moches ou choquantes, être touché.e sans son accord, et plus globalement subir…)
* électro-magnétisme (nous sommes êtres électro-magnétiques influencés par toutes les ondes qui nous traversent, alors protégeons-nous au mieux de celles qui nous nuisent, avec minéraux, métaux, ondes de formes…)
* vampires énergétiques (quand tu te sens vidé après une conversation par exemple)
* drogues, substances nocives, médicaments chimiques non nécessaires à la vie (profiter seulement de ce qui nous permet d’être en santé et éviter le reste, ainsi que les associations toxiques)
A mon sens, il n’y pas pas d’exclusion, d’éviction à faire systématiquement (sauf ce qui est mortel ou qui rend addict.e très vite), mais à agir avec conscience et douceur envers soi.

Et donc, vivre plutôt sainement, ça protège grandement !

Quelques pistes :
* voir le monde merveilleux, magique… dont tu fais partie ! Profiter des relations, savoirs, constructions, propositions de la Vie ; cultiver la gratitude
* res-pi-rer, sortir dans la Nature, avoir une activité physique
* être dans ses sensations, son plaisir ; cultiver la présence dans le corps, dans l’instant ; ré.apprendre les plaisirs simples et disponibles partout, tout le temps
* être en contact avec des êtres qui te font du bien (humain.e.s, animaux, plantes, minéraux, éléments, directions, vivants à d’autres niveaux…)
* prendre soin de ton corps physique aussi : auto-massages, crème ou huile ou ce dont tu as envie/besoin
* te dire simplement (parler de ton senti/ressenti, avec courage) : « non merci » quand tu sens qu’un contact te nuit, en gardant le cœur et l’esprit ouverts ; oser sentir et proposer ce dont tu as le désir réel, sans attendre un « oui »
* sentir ce qui est bon pour toi et te l’offrir avec amour
* vivre avec les technologies et le monde tel qu’il est (si tu choisis de refuser ces parts du monde actuel, donne-toi les moyens de t’en extraire concrètement… mais il risque de te rattraper où que tu ailles ; alors autant faire avec, sans excès)
* consommer selon son cœur et son intelligence : tu es responsable du monde que tu co-crées, alors favorise les produits dont la fabrication et l’élimination sont moins polluantes, voire ceux qui ont un impact positif sur ton secteur géographique
* manger avec plaisir et gratitude, en prenant le temps de savourer, dans une ambiance détendue
* agir avec conscience et amour, depuis ton cœur
* avancer dans la Vie, en confiance, à son propre rythme
* pratiquer l’observation de soi (les 8 critères sont cités un peu plus loin) et avoir une hygiène de pensées, en t’entraînant à voir les bons côtés des choses (et il y en a toujours !)
* se laisser traverser consciemment, le coeur ouvert, les phases difficiles… qui ne le sont que parce que nous les jugeons comme telles. Par exemple un épisode de fatigue ou de dépression, un accident, une mal-a-dit (notre corps nous parle et il s’agit de l’écouter plutôt que de vouloir exclure vite cette part sans l’avoir entendue)… Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas demander de l’aide ni se soigner : cela signifie que ce sont aussi des moments précieux de ta vie, aussi, et qu’il y a des leçons à en tirer.
* what else ?

Le gros du travail spirituel (les techniques de développement personnel en permettent un bon déblayage), c’est de re .mettre notre mental au service de notre être/intériorité/âme. Cette activité prioritaire peut devenir plaisante car libératrice (et même drôle quand on prend de la hauteur, du recul).

A ma connaissance, toutes les méditations sont basées sur le principe de réalité (sortir des fantasmes, du passé, du futur, et vivre le Présent) et sur les règles de l’observation de soi.

Rappel des 8 critères de l’observation de soi :
– sans critique, sans jugement de valeur
– sans culpabilité
– sans volonté de changer ce qui est observé
– sans analyse sur le moment
– sans identification à ce qui est observé
– précisément
– avec tous les sens (les 5 et les plus subtils aussi)
– le plus souvent possible (ça ne prend pas de temps)

Et toutes les protections n’empêchent pas le travail avec un.e thérapeute et/ou un.e accompagnateur.trice et/ou un.e masseur.euse…
Et il est nécessaire d’oeuvrer à la résolution d’une problématique (élément qui nuit à l’épanouissement de l’être) au niveau où elle se situe. Par exemple, si une personne est empêchée à cause du lien systémique (imbrication avec un.e exclu.e de sa lignée), cela se résoudra par du travail à ce niveau, que ce soit pas constellation familiale ou une autre technique susceptible de libérer ce lien, et tout le reste des soins ne pourront que mettre un pansement sans guérir la plaie elle-même.

Se protéger c’est avant tout s’accueillir et se connaître (accueillir et être aussi dans ce monde de sensations), histoire de pouvoir viiivre (le plus réellement/pleinement possible) l’expérience proposée. Et comme nous sommes des êtres multidimensionnels et en évolution permanente, cela ne peut réellement se vivre que dans la profondeur du Coeur conscient : tout est là. Peut-être n’est-il besoin d’aucune autre protection ni d’aucun autre soin, si l’on est capable de se relier à notre Centre et d’agir simplement depuis cet espace relié au Tout.

Le Tantra est à vivre en complément de soins ; le Tantra est complémentaire aux soins. Le Tantra ne résout pas tout ; le Tantra est Tout…

Lorsque surviennent des symptômes (malaises, maladies, accidents, fatigue excessive, ressassements, nervosité, événements répétitifs ou cycliques…), il s’agit de se faire aider par un ou plusieurs soins en individuel ou en groupe. Et sûrement qu’alors l’important est davantage d’expérimenter ce chemin : vie humaine avec ses variations, prise de conscience, arrêt, changement de direction, mise en mouvement, demandes, refus, libérations parcellaires, nouvelle problématique… que le but lui-même. Car la Vie, c’est le Chemin. Et nous arriverons tous bien assez tôt à la fin de ce chemin, de cette vie… alors profitons-en en la vivant le plus possible selon notre Coeur.

Petite parenthèse aux sujets de la culpabilité et de la honte : ces sentiments ne sont pas naturels. Ils sont induits par le pouvoir pour nous avilir, avoir une emprise psychique… et ils font maintenant partie de notre construction cellulaire. Souvent, nous les acceptons croyant que ce sont des garde-fous et des moyens de rédemption ; en fait ce sont des pompes à énergie. Peut-être le plus gros travail de beaucoup d’entre nous est de nous libérer de ces sentiments pervers, bien accrochés à notre ego.

Pour traiter la culpabilité et la honte, on peut sortir de gros attirail anti-ego ou faire comme si ça n’existait pas ou rentrer dedans et agir contre en faisant précisément ce dont on a honte, ce pourquoi on nourrit de la culpabilité… et parfois cela fonctionne (comme de faire du naturisme parce qu’on n’est pas à l’aise dans son corps). Et on peut aussi soutenir notre ego à trouver sa juste/bonne place : ni surdimensionné (moi mieux que les autres) ni inversé (moi moins bien que les autres) ni sous-estimé (moi sans ego). C’est aussi un accompagnement du Tantra !

Se sentir responsable de sa vie et de ses actes, c’est être dans sa puissance.
Savoir s’écouter, se faire du bien, se donner du bon, se faire accompagner, se rendre compte que l’autre est son miroir… c’est une démarche responsable et libératrice.

Bref ! Sois doux.ce avec toi-même !
Plein de bonheurs chacun jour : le présent est fait de présents.
Aux plaisiiirs !

Namasté

Rejoignez-nous !

Inscription à la lettre d'informations
Soyez informé.e en premier !
(nouveautés, promotions, conférences-ateliers-stages, écrits, vidéos...) 
1 à 2 lettres par mois.

Merci, c'est presque fini, regardez vos mails !